Ravageurs, maladies et troubles physiologiques des légumes asiatiques


Fiche technique - ISSN 1198-7138  -  Imprimeur de la Reine pour l'Ontario
Agdex : 259/605
Date de publication : 11/2000
Commande no. 00-096
Dernière révision : 01/2013
Situation :
Rédacteur : Jim Chaput - spécialiste de la lutte intégrée dans les cultures légumières/MAAARO;Ray Cerkauskas - chercheur/AAFC

Table des matières

  1. Introduction
  2. Tableau 1. Ravageurs
  3. Tableau 2. Maladies
  4. Tableau 3. Troubles physiologiques
  5. Fiches techniques
  6. Autres produits de MAAARO

Introduction

Toute une nouvelle gamme de légumes traditionnellement associés aux pays asiatiques sont maintenant cultivés en Ontario. Ces cultures appartiennent à un éventail de familles de végétaux, dont les cucurbitacées (famille des concombres, des courges, des melons), les crucifères (famille du chou, du brocoli, du radis), les légumineuses (famille du pois, du haricot) et plusieurs autres. Consulter la fiche technique du MAAARO, Légumes asiatiques cultivés en Ontario, commande no. 98-034, pour plus d'information.

Étant donné leur appartenance à de nombreuses familles de végétaux et leur similitude à certaines cultures légumières déjà produites en Ontario, bien des légumes asiatiques sont vulnérables aux mêmes ravageurs, maladies et troubles physiologiques que les cultures traditionnelles. Toutefois, les symptômes, les méthodes de surveillance et l'ampleur des dommages peuvent varier d'une culture à l'autre. En outre, plusieurs cultures particulières ont des ravageurs, des maladies et/ou des troubles qui leur sont spécifiques.

La présente fiche traite des symptômes, de la surveillance et des éventuelles méthodes de lutte qui sont propres à plusieurs légumes asiatiques courants. Se référer aux fiches techniques et publications ci-dessous pour des renseignements susceptibles de s'appliquer à des groupes précis de légumes asiatiques.

Tableau 1. Ravageurs

Ravageur Culture(s) atteinte(s) Symptômes Surveillance Méthodes de lutte Références/
figure(s)
Mouche du chou (Delia radicum) Chou de Chine (pé-tsaï), pak-choï à pétioles blancs charnus, pak-choï à pétioles blancs minces, pak-choï à fleurs, brocoli de Chine, navette comestible à fleurs, moutarde rouge ou verte, radis chinois racines dévorées par les larves

flétrissement, puis mort des jeunes plants

galeries creusées dans les radis

infections secondaires fréquentes par des pourritures molles bactériennes
surveiller les mouches adultes

surveiller les activités de ponte

surveiller l'efficacité des mesures de lutte en vérifiant l'ampleur des dommages
rotation des cultures

désinfection du champ

minitunnels flottants

lutte biologique (staphylins, mouches prédatrices, etc.)

traitements chimiques préventifs
1, 2
Altises (Phyllotreta spp.) Comme ci-dessus criblure des feuilles inspecter 50-100 plants par champ

le seuil est de 1 altise par plant
utilisation de plants de repiquage

maîtrise des crucifères adventices

minitunnels flottants

irrigation par aspersion

insecticides homologués
3, 4
Larves de la fausse-teigne des crucifères, piéride du chou, fausse-
arpenteuse du chou (Plutella xylostella, Artogeia rapae, Tricho-
plusia ni
)
Comme ci-dessus trous laissés dans les feuilles

excréments
inspecter 2 fois par semaine au moins 25 plants répartis dans 5 groupes de 5 plants

noter le % de plants infestés et la principale espèce atteinte
prédateurs et parasites présents dans le milieu

minitunnels

Bacillus thuringiensis

insecticides homologués
Voir fiche technique
no 99-036
Punaise terne (Lygus lineolaris) Chou de Chine (pé-tsaï), pak-choï à pétioles blancs charnus, pak-choï à pétioles blancs minces, brocoli de Chine, pak-choï à fleurs, amarante comestible, épinard d'eau, épinard de Malabar, melon amer, courge à la cire lésions de ocre à brun sur les tiges, les pétioles, les feuilles et les tiges florales

infections secondaires fréquentes par des pourritures molles bactériennes
inspecter 50-100 plants par champ, 2 fois par semaine

noter le % de plants infestés ou le nombre de punaises par plant
désinfection du champ

surveillance des champs de luzerne avoisinants

lutte contre les mauvaises herbes

lutte biologique

insecticides homologués
Voir fiche technique
no 98-026
Vers-gris (Noctuidae) Toutes les cultures plants coupés au ras du sol, habituellement alors qu'ils sont petits inspecter le champ à la recherche de signes de dommages

creuser le sol autour des plants présentant des symptômes
prédateurs et parasites présents dans le milieu

lutte contre les mauvaises herbes

rotation des cultures

insecticides homologués
Voir fiche technique
n00-056
Mineuses (Liriomyza spp.) Brocoli de Chine, navette comestible à fleurs, pak-choï à fleurs, pak-choï à pétioles blancs charnus, pak-choï à pétioles blancs minces, feuilles de chrysanthème, épinard de Malabar, courge à la cire, melon amer picots de la grosseur de la tête d'une épingle dans les feuilles

galeries creusées dans les feuilles et les pétioles
inspecter 50-100 plants à la recherche de signes de dommages

noter le % de plants infestés

des pièges encollés et des filets peuvent servir à surveiller les populations d'adultes
désinfection de la serre

rotation des cultures

lutte contre les mauvaises herbes

lutte biologique

insecticides homologués
Voir fiche technique
no 00-040
Mouche de l'oignon
(Delia antiqua)
Ciboulette chinoise plants flétris

infections secondaires par des pourritures molles bactériennes à la base des plants
dénombrer les mouches adultes capturées dans les pièges encollés

inspecter 100-1000 plants à la recherche de dommages
rotation des cultures

désinfection du champ

prédateurs et parasites présents dans le milieu (staphylins, mouches prédatrices, etc.)

minitunnels sur les jeunes plants
Voir fiche technique
no 00-018
Pucerons (Myzus persicae, Brevicoryne brassicae, Aphis gossypii) Toutes les cultures colonies de pucerons

feuilles et/ou nouvelles pousses enroulées, vrillées

plant rabougri ou peu vigoureux
inspecter 50-100 plants, 2 fois par semaine

noter le % de plants infestés et le nombre de pucerons par plant
lutte biologique (syrphes, chrysopes, larves de coccinelle)
forte pluie

destruction des résidus de culture

surveillance des teneurs en azote, qui ne doivent pas être excessives

insecticides homologués
5, 6, 7
Chrysomèle du
concombre (Acalymma vittatum, Diabrotica undecim-punctata)
Courge à la cire, melon amer, melon doux, melon d'hiver dommages causés par l'alimentation de la chrysomèle sur les feuilles, tiges, pétioles et fleurs

la chrysomèle est un vecteur de la bactérie responsable de la flétrissure bactérienne
inspecter 50-100 plants tous les jours, surtout avant le stade de la 5feuille

le seuil expérimental est de 1-5 chrysomèles par plant
minitunnels sur les jeunes plants jusqu'à la floraison

insecticides homologués
8
Punaise de la courge
(Anasa tristis)
Comme ci-dessus dommages causés par l'alimentation de la punaise sur les feuilles, tiges, pétioles et fleurs

plants flétris
inspecter 50-100 plants à la recherche d'adultes, de nymphes ou de masses d'œufs

noter le % de plants infestés et le nombre de masses d'œufs/ plant

le seuil expérimental est de 1 masse d'œufs par plant
rotation des cultures

désinfection du champ

insecticides homologués
9, 10
Mouche des semis
(Delia platura)
Chou de Chine (pé-tsaï), pak-choï à pétioles blancs charnus, courge à la cire, melon amer, melon d'hiver dommages aux semences et plantules

flétrissement des plants

dommages causés par l'alimentation de l'insecte sur les feuilles de chou de Chine ou de pak-choï à pétioles blancs charnus à maturité

infections secondaires par des pourritures molles bactériennes
inspecter 50-100 plants

noter le % de plants infestés
minitunnels sur les jeunes plants

traitement des semences, s'il y en a un

lutte contre les mauvaises herbesréduction des

dommages mécaniques, des brûlures par les herbicides, ou d'autres dommages
s.o.
Tétrany-
ques (Tetran-
ychus urticae
) (n'est pas un insecte)
Courge à la cire, melon amer, melon d'hiver, melon doux, épinard d'eau feuilles mouchetées ou bronzées

toiles entre les pétioles et les tiges des feuilles
inspecter 50-100 plants surtout sur le périmètre du champ

noter le % de plants infestés
lutte biologique (acariens prédateurs) 11

Larve de la mouche du chou

Figure 1. Larve de la mouche du chou

Dommages causés par la mouche du chou dans le radis chinois

Figure 2. Dommages causés par la mouche du chou dans le radis chinois

Altise des crucifères

Figure 3. Altise des crucifères

Criblures laissées par l’altise des crucifères

Figure 4. Criblures laissées par l'altise des crucifères

Puceron vert du pêcher

Figure 5. Puceron vert du pêcher

Colonie de pucerons verts du pêcher

Figure 6. Colonie de pucerons verts du pêcher

Colonie de pucerons du chou

Figure 7. Colonie de pucerons du chou

Chrysomèle rayée du concombre

Figure 8. Chrysomèle rayée du concombre

Punaise de la courge adulte

Figure 9. Punaise de la courge adulte

Amas d’œufs de la punaise de la courge

Figure 10. Amas d'œufs de la punaise de la courge

Tétranyques

Figure 11. Tétranyques (photo offerte par G. Ferguson)

Tableau 2. Maladies

Maladie Culture(s) atteinte(s) Symptômes Surveillance Méthodes de lutte Réf/
figure(s)
Tache causée par Pseudo-cercosporella capsellae Chou de Chine (pé-tsaï), pak-choï à pétioles blancs charnus, pak-choï à pétioles blancs minces taches circulaires de blanches à ocre sur les feuilles

taches qui grossissent et prennent l'aspect du papier
échantillonner 50-100 plants et noter le % de plants infectés ne pas trop arroser

ne pas semer trop densément

éliminer les crucifères adventices

enfouir les résidus de culture après la récolte

traiter les semences à l'eau chaude
Voir Publication 701F, Lutte Integrée Contre les Ennemis des Cultures de Crucifères en Ontario
Hernie(Plasmidiophora brassicae) Chou de Chine (pé-tsaï), pak-choï à pétioles blancs charnus, pak-choï à pétioles blancs minces, navette comestible à fleurs, brocoli de Chine, pak-choï à fleurs, moutarde rouge ou verte, radis chinois zones où les plants flétrissent durant le jour

plants parfois rabougris

racines gonflées et difformes
rechercher des zones où les plants sont flétris

faire des analyses de sol périodiquement
régler le pH à 7,2 ou plus

éviter les zones qu'on sait infectées

améliorer le drainage

maîtriser les crucifères adventices

ameublir le sol

pratiquer de longues rotations des cultures
Voir fiche technique no 90-255 et Publication 701F, Lutte Integrée Contre les Ennemis des Cultures de Crucifères en Ontario
Mildiou(Peronospora parasitica) Comme ci-dessus taches jaune pâle sur la face supérieure des feuilles

lésions brunes et moisissure grisâtre sur la face inférieure des feuilles
échantillonner 50-100 plants et noter le % de plants infectés prévention de l'irrigation excessive

prévention de densités de peuplement trop grandes

maîtrise des crucifères adventices

enfouissement des résidus de culture après la récolte
Voir fiche technique no 90-255 et Publication 701F, Lutte Integrée Contre les Ennemis des Cultures de Crucifères en Ontario
Tache alternarienne(Alternaria brassicae, Alternaria brassicicola) Comme ci-dessus apparition de petites taches jaunes, d'abord sur les feuilles plus vieilles

les taches grossissent et brunissent, puis sont cerclées d'une auréole

feuilles qui peuvent tomber et présence de nombreuses spores noires
comme ci-dessus comme ci-dessus en plus d'un traitement des semences à l'eau chaude Comme ci-dessus
Virus de la mosaïque du navet (VMN) Comme ci-dessus pour la hernie feuilles parfois tachetées de zones jaunes ou vert pâle

plants parfois rabougris, vrillés et déformés

lésions brunes, enfoncées sur les tiges et les pétioles
surveiller attentivement les populations de pucerons

inspecter 50-100 plants et noter le % de plants infestés

arracher les plants infestés s'il y en a peu
lutter contre les crucifères adventices et les resemis spontanés

savoir que les pulvérisations d'insecticide n'empêchent pas la propagation du VMN
Voir Publication 701F, Lutte Integrée Contre les Ennemis des Cultures de Crucifères en Ontario
Pourriture molle(Erwinia carotovora et Pseudo-
monas spp.
)
Toutes les cultures pourriture visqueuse et malodorante

symptômes souvent présents à la base des plants ou près du collet

effondrement fréquent des plants
inspecter 50-100 plants et noter le % de plants infectés maîtrise d'autres insectes et maladies

freinage de l'irrigation excessive

prévention d'une surfertilisation azotée

rotation des cultures, surtout avec des céréales

prévention de densités de peuplement trop grandes

enfouissement des plants malades après la récolte

réduction des dommages mécaniques infligés aux cultures
Voir fiche technique no 90-213 et Publication 701F, Lutte Integrée Contre les Ennemis des Cultures de Crucifères en Ontario
Blanc (Sphaero-
theca spp.
)
Melon amer, courge à la cire, melon d'hiver, melon doux apparition de petites taches blanches sur les feuilles, puis de mouchetures sur les tiges

apparition sur les feuilles plus récentes d'un feutre mycélien blanc, puis jaunissement et chute des feuilles
inspecter 50-100 plants et noter le % de plants infectés choix de cultivars résistants, s'il y en a

fongicides homologués
12
Flétrissement bactérien(Erwinia tracheiphila) Comme ci-dessus flétrissement des plants le jour, suivi du jaunissement et de la mort du plant

écoulement d'un exsudat bactérien collant au point où l'on coupe les pétioles
au début de l'été, surveiller l'activité de la chrysomèle du concombre, qui est un vecteur de la maladie

inspecter 50-100 plants, surtout avant le stade de la 5e feuille
traitement insecticide dès que le seuil de 1,0-5,0 chrysomèles par plant est atteint

arrachage des plants infectés
s.o.
Anthracnose (Colletotrichum pisi) Pois mange-tout lésions brun-gris, ovales sur les feuilles

lésions rouge-brun, enfoncées et circulaires sur les cosses

plants parfois rabougris et peu vigoureux
favorisée par du temps humide et pluvieux

surveiller les points chauds et en général, inspecter 50-100 plants, puis noter le % de plants ou le % de la culture qui sont atteints
rotation des cultures

utilisation de semence saine

limitation de l'irrigation au strict nécessaire
13
Autres virus de la mosaïque(virus de la mosaïque du concombre, virus de la mosaïque jaune du navet, virus de la mosaïque du chou-fleur, virus de la jaunisse occidentale de la betterave, virus Y de la pomme de terre) Comme ci-dessus pour la flétrissure bactérienne le virus de la mosaïque du concombre peut infecter les cucurbitacées asiatiques

le virus de la mosaïque jaune du navet, le virus de la mosaïque du chou-fleur, le virus de la jaunisse occidentale de la betterave, et le virus Y de la pomme de terre peuvent infecter les crucifères asiatiques

feuilles tachetées, froissées et distorsion des pousses

faible mise à fruit
inspecter 50-100 plants et noter le % de plants infectés utilisation de semence saine et certifiée

arrachage des plants infectés

surveillance et maîtrise des vecteurs de pucerons

lutte contre les mauvaises herbes
s.o.

Figure 12. Blanc (photo offerte par G. Ferguson)

Figure 12. Blanc (photo offerte par G. Ferguson)

Anthracnose sur pois mange-tout

Figure 13. Anthracnose sur pois mange-tout

Carence en bore dans le radis chinois

Figure 14. Carence en bore dans le radis chinois

Symptômes d’une carence en magnésium dans le radis

Figure 15. Symptômes d'une carence en magnésium dans le radis

Symptômes de carences en azote et/ou en phosphore dans le brocoli de Chine

Figure 16. Symptômes de carences en azote et/ou en phosphore dans le brocoli de Chine

Dommages causés par la trifluraline sur la navette comestible à fleurs

Figure 17. Dommages causés par la trifluraline sur la navette comestible à fleurs (rangée du centre)

Tableau 3. Troubles physiologiques

Trouble Culture(s) atteinte(s) Symptômes Surveillance Méthodes de lutte Réf/
figure(s)
Œdème Épinard d'eau, certaines cucurbitacées et crucifères zones surélevées sur les feuilles et/ou les fruits

trouble fréquent lorsque le sol est mouillé et chaud et que la nuit, l'air est frais et saturé
surveiller périodiquement toute la culture s'assurer que les températures et les apports d'eau sont constants

éviter l'irrigation excessive pendant les périodes de fortes variations des températures entre le jour et la nuit
s.o.
Carences nutritives Toutes les cultures symptômes variables selon la culture et la carence

une carence en bore se manifeste sur le radis chinois par le brunissement interne de la racine

les carences en magnésium et en manganèse se manifestent toutes deux par le jaunissement internerval, à la différence qu'elles se manifestent d'abord sur les feuilles plus vieilles dans le premier cas, et sur les feuilles jeunes dans le second cas
effectuer une analyse de sol complète

inspecter périodiquement toute la culture

savoir que les analyses foliaires peuvent fournir de l'information utile sur les éléments nutritifs
fonder les applications de fertilisants sur des analyses de sol complètes

savoir que des pulvérisations d'engrais foliaire peuvent réduire les symptômes de certaines carences
14, 15, 16
Brûlure des extrémités Chou de Chine (pé-tsaï) brunissement du pourtour des feuilles les plus jeunes

infections secondaires fréquentes par des pourritures molles
vérifier l'apport de calcium et l'équilibre des éléments nutritifs

faire une surveillance comme ci-dessus
vérifier si la croissance est uniforme

bien gérer l'irrigation et l'espacement des plants
s.o.
Blessure causée par les herbicides Toutes les cultures symptômes variables selon la culture et l'herbicide

taux de germination faible et variable

mauvaise croissance

plants rabougris ou difformes
surveiller périodiquement toute la culture tenir de bons registres des antécédents culturaux

surveiller aussi, le cas échéant, les cultures avoisinantes
17
Lésion due au froid Cucurbitacées, épinard d'eau, amarante croissance lente et mise à fruit difficile

dans le cas de l'épinard d'eau, des lésions peuvent apparaître en deçà de 12 °C
comme ci-dessus minitunnels flottants, tunnels de plastique ou abris protégeant les cultures sensibles s.o.
Stress de sécheresse Toutes les cultures croissance lente, flétrissement, piètre mise à fruit comme ci-dessus irrigation faite au bon moment et de façon judicieuse s.o.
Stress hygrométrique Toutes les cultures comme ci-dessus

plants flétris, atteints de pourritures molles et rabougris
comme ci-dessus améliorer le drainage

réduire les densités de peuplement

surélever le lit de certaines cultures
s.o.

Les tableaux qui précèdent font le tour des principaux ravageurs, maladies et troubles physiologiques des légumes asiatiques en Ontario. Il y a des saisons toutefois, où, dans certaines régions, d'autres ennemis des cultures peuvent apparaître. À mesure que la superficie consacrée à ces cultures de spécialité s'accroît, les mêmes bactéries, champignons et virus qui s'attaquent aux cultures légumières traditionnelles de l'Ontario peuvent aussi se présenter dans les cultures de légumes asiatiques.

Certaines des crucifères asiatiques (chou de Chine, pak-choï à pétioles blancs charnus, pak-choï à fleurs, brocoli de Chine, moutarde rouge ou verte, etc.) peuvent être sensibles aux organismes nuisibles suivants, même si aucun rapport ne les a encore signalés :

  • tache bactérienne de la feuille (Pseudomonas syringae),
  • nervation noire (Xanthomonas campestris),
  • fonte des semis (espèces de Pythium et Rhizoctonia),
  • jaunisse fusarienne (Fusarium oxysporum),
  • perce-oreille (Forficula auricularia) et
  • limaces (Deroceras spp.).

Certaines des cucurbitacées asiatiques (courge à la cire, melon amer, melon d'hiver, etc.) peuvent être vulnérables aux ennemis suivants, qui n'ont toutefois pas encore été signalés dans ces cultures en Ontario :

  • anthracnose (Colletotrichum orbiculare),
  • tache angulaire (Pseudomonas syringae pv lachrymans),
  • tavelure (Cladosporium cucumerinum),
  • pourriture fusarienne (Fusarium spp.),
  • moisissure grise (Botrytis cinerea),
  • tache alternarienne (Alternaria spp.),
  • tache causée par Ulocladium (Ulocladium spp.),
  • pourriture des fruits causée par Pythium (Pythium spp.),
  • brûlure phytophthoréenne (Phytophthora capsici),
  • tache septorienne (Septoria cucurbitacearum),
  • nématodes (Meloidogyne hapla et Pratylenchus penetrans) et
  • perceur de la courge (Melittia cucurbitae).

Les producteurs d'épinard d'eau (Tung choy) peuvent aussi avoir à faire face aux sauterelles, aux thrips et à un certain nombre de brûlures des feuilles d'origine fongique dues à Cercospora ipomoea ou à Phyllosticta ipomoea.

Dans le cas des producteurs de pois mange-tout (ho lan dow) et de germes de pois mange-tout (dow miu), aux ennemis à combattre, peuvent s'ajouter la brûlure bactérienne (Pseudomonas syringae pv pisi), l'ascochytose (Ascochyta pisi), la pourriture des semences, la pourriture des racines ou la flétrissure (Rhizoctonia solani, Fusarium spp, Pythium spp.)

Tous les organismes nuisibles qui précèdent sont pour le moment inhabituels et causent rarement des pertes importantes.

Pour lutter contre les insectes, les maladies et les troubles physiologiques des légumes asiatiques, il faut pratiquer une surveillance sur le terrain constante et rigoureuse, et bien comprendre les interactions entre les facteurs de gestion des cultures. Ces facteurs comprennent la fertilité du sol, les apports d'engrais, la bonne tenue de registres sur les précipitations, les températures et l'irrigation, les choix de cultivars, la provenance et la qualité de la semence, le choix des champs mis en culture, les rotations culturales pratiquées, les exigences de commercialisation et les méthodes de manipulation après la récolte.

Fiches techniques

Autres produits du MAAARO


Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca