Exigences et incitatifs relatifs au biogaz : Construction d'un système de biogaz à la ferme en Ontario

Table des matières

  1. Introduction
  2. Programmes de financement pour la planification et la construction des projets de biogaz à la ferme
  3. Encouragements fiscaux
  4. Mise à profit de l'énergie provenant des systèmes de biogaz
  5. Ajout de matiè res premières pour accroître le rendement en biogaz
  6. Exigences liées au raccordement et à la construction d'un système de biogaz à la ferme

Introduction

Les systèmes de biogaz, ou digesteurs anaérobies (DA), traitent le fumier et d'autres matières pour produire du biogaz, un mélange de méthane, de dioxyde de carbone et d'autres gaz. Le biogaz peut servir à produire de l'électricité et de la chaleur, ou être valorisé en substitut du gaz naturel. Les systèmes de biogaz à la ferme représentent pour l'industrie agricole une très bonne occasion de traiter le fumier pour réduire les odeurs et les agents pathogènes tout en donnant de la valeur à des produits et à des sous-produits agricoles. L'énergie propre devenant un nouveau produit agricole, un plus grand nombre d'agriculteurs cherchent peut-être des moyens de financer et de construire un système de biogaz.

Les possibilités d'installer des systèmes de biogaz à la ferme se multiplient. L'information qui suit présente certaines des principales possibilités et exigences liées à la construction d'un système de biogaz en Ontario. Elle est fondée sur les renseignements obtenus au moment de la rédaction. Pour assurer la réussite d'un projet, il y aurait intérêt à tirer parti de ces possibilités et à connaître les exigences mentionnées ci-après.

Communiquez directement avec les fournisseurs des programmes mentionnés ci-dessous pour vérifier l'actualité et l'exactitude de l'information présentée ici. Leurs coordonnées sont indiquées dans la description de chacun des programmes. La fiche technique Programmes et services à l'intention des agriculteurs ontariens du ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales (MAAARO) est une autre source de renseignements précieuse.

Programmes de financement pour la planifciation d'un projet de biogaz à la ferme

Aide financière de Cultivons l'avenir 2 pour le renforcement des capacités et la mise en œuvre

Cultivons l'avenir 2 (CA2) est une initiative fédérale, provinciale et territoriale qui propose des solutions souples et pratiques aux entreprises agricoles et autres.

La composante de CA2 pour le renforcement des capacités soutient des projets qui renforcent les capacités (p. ex., le perfectionnement des compétences, la formation, les vérifications et les évaluations). L'étude de faisabilité et la conception technique d'un projet de biogaz pourraient, par exemple, répondre à ce critère. Les transformateurs et les producteurs agricoles peuvent recevoir une aide égale au maximum à 50 % du coût des projets qui entrent dans ce volet de CA2. Les organisations et les partenariats peuvent recevoir jusqu'à 75 % du coût.

L'aide financière de CA2 pour la mise en œuvre finance des projets novateurs qui présentent des avantages sectoriels pour l'industrie agroalimentaire de l'Ontario. Les transformateurs et les producteurs agricoles peuvent recevoir une aide égale au maximum à 35 % du coût de la mise en œuvre des projets qu'ils proposent et jusqu'à 50 % dans le cas des projets novateurs. Les organisations et les partenariats peuvent recevoir jusqu'à 50 % du coût de la mise en œuvre des projets qu'ils proposent et jusqu'à 75 % pour les projets considérés comme novateurs.

Communiquez avec l'Ontario Soil and Crop Improvement Association (site en anglais), au 1 800 265-9751, pour obtenir plus de renseignements sur le financement offert par CA2.

Les projets qui font appel à la collaboration active d'au moins deux entreprises ou organisations, et les projets qui sont menés par des organismes sans but lucratif, peuvent obtenir une aide égale au maximum à 75 % du coût dans le cas des projets de renforcement des capacités et à 50 % à 75 % dans celui des projets de mise en œuvre.

Communiquez avec l'Agricultural Adaptation Council au 519 822-7554 pour en apprendre davantage sur le financement de CA2 pour les organisations et les partenariats.

Investir dans la croissance et la productivité des entreprises

L'Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l'Ontario (FedDev Ontario) offre le programme Investir dans la croissance et la productivité des entreprises pour soutenir la croissance économique et la création d'emploi. Ce programme aide les entreprises à élargir leurs débouchés et à agrandir leurs installations, et à adopter de nouvelles technologies et de nouveaux processus pour améliorer leur productivité. Pour être admissibles, les exploitations doivent compter 15 employés à temps plein.

Pour de plus amples renseignements, appelez FedDev Ontario au 1 866 593-5505.

Fonds DD de gaz naturel

Le Fonds DD de gaz naturel, géré par Technologies du développement durable Canada (TDDC), appuie des projets novateurs liés au gaz naturel, y compris la digestion anaérobie, la modernisation de l'équipement et certaines activités associées au ravitaillement des véhicules en gaz naturel. Le Fonds lance un appel de demandes deux fois par année. L'étude des documents de l'analyse de rentabilité à remplir dans le cadre du processus de présentation des demandes permet de déterminer l'admissibilité et la proportion du partage des coûts.

Pour de plus amples renseignements, communiquez avec TDDC au 613 234-6313, poste 302.

Programme de partenariats énergétiques communautaires

Le Programme de partenariats énergétiques communautaires (PPEC) est un programme de subventions exécuté par le Community Power Fund qui soutient la production communautaire d'énergie en Ontario. Ce programme aide les demandeurs admissibles à payer une partie des coûts associés à la conception de projets d'énergie renouvelable. Ces coûts sont l'évaluation des ressources, les services juridiques, les ouvrages de génie civil et les approbations règlementaires. Les fonds du PPEC sont accordés pour deux groupes de projets :

  1. Le volet du développement organisationnel avant les tarifs de rachat garantis couvrira 80 % des coûts admissibles, jusqu'à concurrence de 20 000 $ pour un seul projet, de 30 000 $ pour deux projets et de 40 000 $ pour trois projets ou plus.
  2. Le volet de l'élaboration et des approbations couvrira 50 % des coûts admissibles, jusqu'à concurrence de 500 000 $ pour les gros projets et de 100 000 $ pour les petits, moins le financement antérieur du PPEC.

Pour de plus amples renseignements, communiquez avec le PPEC (site en anglais) au 1 888 885-8722.

Fonds municipal vert

Le Fonds municipal vert (FMV), géré par la Fédération canadienne des municipalités (FCM), offre du financement pour la réalisation de projets municipaux environnementaux. Le FMV tire parti de fonds du secteur public et du secteur privé pour aider les collectivités à améliorer la qualité de l'air, de l'eau et du sol, et à faire face aux changements climatiques. Les projets doivent avoir une incidence environnementale importante et être susceptibles d'être imités dans d'autres collectivités. Toutes les administrations municipales et leurs partenaires ont droit au financement du FMV pour des projets admissibles. Il peut s'agir de projets de biogaz conçus par des intérêts privés qui s'associent à leur municipalité. Des fonds sont disponibles pour l'élaboration de plans, et la réalisation d'études de faisabilité ou d'essais sur le terrain. Le Fonds offre aussi des prêts à des taux inférieurs à ceux du marché, en général associés à des subventions, pour la mise en œuvre de projets d'immobilisations.

Communiquez avec la FCM au 613 241-5221.

Programme des débouchés commerciaux pour le Nord - Projets d'expansion des activités

Ce programme soutient l'expansion des entreprises existant déjà dans le Nord de l'Ontario. De façon générale, le financement offert peut représenter 50 % des coûts d'un projet jusqu'à concurrence de 1 million de dollars. Les projets de production d'électricité ne sont pas admissibles. Les autres projets de production de biogaz, par exemple pour le chauffage ou comme carburant pour les véhicules, peuvent être admissibles et sont examinés au cas par cas.

Pour de plus amples renseignements, communiquez avec la Société de gestion du Fonds du patrimoine du Nord de l'Ontario au 1 800 461-8329.

Société indépendante d'exploitation du réseau d'électricité - Aboriginal Renewable Energy Network

L'Aboriginal Renewable Energy Network (réseau pour la valorisation de l'énergie renouvelable par les peuples autochtones) soutient la participation des collectivités métisses et des Premières Nations à la mise en valeur des sources d'énergie renouvelable. L'Aboriginal Renewable Energy Fund (AREF, fonds pour l'énergie renouvelable) aide les collectivités des Premières Nations admissibles à préparer les études environnementales, les évaluations des ressources, les plans d'activités et la conception technique des projets.

Pour de plus amples renseignements sur l'AREF (site en anglais), appelez le 1 888 471-2377.

Encouragements fiscaux

Taxe de vente harmonisée - Crédits de taxe sur les intrants

Les entreprises peuvent récupérer la taxe de vente harmonisée (TVH) qu'elles ont payée pour de nombreux achats ou de nombreuses dépenses en lien avec leurs activités commerciales, y compris la construction et l'exploitation d'un système de biogaz. Ces remboursements sont appelés « crédits de taxe sur les intrants ».

Pour de plus amples renseignements, allez au site Web des crédits de taxe sur les intrants, ou téléphonez au 1 877 482-9329.

Déduction fédérale pour amortissement accéléré

La déduction pour amortissement accéléré (DAA) qui est accordée par le gouvernement fédéral pour la production d'énergie propre permet d'amortir plus rapidement les coûts admissibles d'un système d'énergie renouvelable. Une DAA de 50 % est possible pour le matériel de production d'énergie visé qui entre dans la catégorie 43.2 de l'annexe II du Règlement de l'impôt sur le revenu. En règle générale, les systèmes de biogaz sont admissibles. La catégorie 43.2 comprend du matériel servant à produire, à stocker et à utiliser le biogaz provenant de la digestion anaérobie du fumier, pourvu que ce biogaz serve principalement à la production soit d'énergie thermique entrant dans un procédé industriel, soit d'énergie électrique.

De façon générale, on considère que les coûts engagés pour l'achat et l'installation d'un bien générateur d'énergie renouvelable font partie du coût en capital d'un bien amortissable; ces coûts sont déduits sur plusieurs années, selon un pourcentage prescrit. D'habitude, les frais juridiques, d'ingénierie et d'installation, et les autres frais qui se rattachent à l'acquisition du bien générateur d'énergie renouvelable sont inclus dans le coût en capital du bien.

Pour de plus amples renseignements, veuillez consulter le site Web des Programmes FIT et microFIT de l'Ontario de l'Agence du revenu du Canada, ou appeler le 1 800 O-Canada (1 800 622-6232).

Mise à profit de l'énergie provenant des systèmes de biogaz

Pour tirer un revenu de la production d'énergie par le biogaz, l'exploitant a plusieurs choix :

  • produire de l'électricité pour la vendre dans le cadre du Programme de tarifs de rachat garantis (TRG)
  • produire de l'électricité pour l'utiliser sur place en bénéficiant de la facturation nette
  • utiliser le biogaz brut comme source de combustible
  • valoriser le biogaz pour qu'il devienne du gaz naturel de qualité gazoduc

La section suivante explique brièvement les possibilités offertes en Ontario en ce qui concerne ces options.

Vente ou remplacement d'électricité

En Ontario, vendre de l'électricité ou remplacer les achats actuels d'électricité constitue le principal moyen de tirer parti de l'énergie produite par un système de biogaz. Voici certaines des façons dont cela peut se faire.

Programme de tarifs de rachat garantis (TRG)

Le Programme de tarifs de rachat garantis (TRG) offre aux producteurs d'électricité obtenue à partir du biogaz la possibilité de vendre cette électricité aux termes d'un contrat de longue durée. Les projets de biogaz de plus de dix kilowatts (10 kW) et en général d'au plus 500 kW sont admissibles au Programme de TRG. Au moment de rédiger ces lignes, la valeur de l'énergie allait de 16,4 à 26,5 ¢/kW. La fourchette de prix dépend de la taille de la génératrice indiquée sur la plaque du constructeur et du fait que le système est considéré, ou non, comme un projet à la ferme. Une prime est offerte pour la production pendant les périodes de pointe, où la demande en électricité est forte, et le prix diminue en dehors de ces périodes. Certains projets peuvent être admissibles à un supplément en raison de la participation communautaire, autochtone ou municipale.

Pour en apprendre davantage, consultez le site Web de la Société indépendante d'exploitation du réseau d'électricité (en anglais), communiquez avec l'Office de l'électricité de l'Ontario au 1 888 387-3403 ou à l'adresse FIT@ieso.ca, et visitez la page Web Le point sur les systèmes de biogaz de l'Ontario : tarifs de rachat garantis, règles relatives aux digesteurs anaérobies mixtes réglementés et autorisations de projets d'énergie renouvelable du MAAARO.

Programme de facturation nette de Hydro One

Le Programme de facturation nette permet à un consommateur d'électricité de remplacer l'électricité qu'il achète pour sa ferme par l'énergie renouvelable qu'il y produit. Essentiellement, le réseau de distribution d'électricité sert à «emmagasiner» l'électricité produite par le système de biogaz afin qu'elle puisse être utilisée plus tard. Toute production excédentaire peut donner lieu à un crédit honoré pendant un an. Le prix de l'électricité augmentant avec le temps, la facturation nette deviendra peut-être plus attrayante. La facturation nette sera avantageuse surtout pour les fermes qui ont des besoins élevés en électricité. Pour en profiter au maximum, l'utilisation annuelle d'électricité devrait dépasser la production annuelle.

Il y a plusieurs étapes à franchir pour installer un système de facturation nette, entre autres vérifier que le raccordement au réseau est possible. Pour en apprendre davantage, consultez la page Web de la foire aux questions de Hydro One sur la facturation nette (en anglais), ou appelez le 1 877 447-4412. Vous pouvez aussi téléphoner à votre société de distribution locale.

Vente de gaz naturel renouvelable

Il est possible de raffiner le biogaz pour obtenir une qualité qui en fait un substitut du gaz naturel. Ce biogaz raffiné est généralement appelé biométhane, ou gaz naturel renouvelable (GNR). Dans la plupart des cas, il faudra raccorder le système au réseau de gazoducs pour transporter le biométhane jusqu'aux acheteurs, mais il y a aussi des exemples de transport par camion de GNR comprimé. Le biogaz produit à la ferme renferme environ 60 % de méthane, 40 % de dioxyde de carbone et de petites quantités d'autres constituants, dont le sulfure d'hydrogène et l'eau. Pour répondre aux normes du transport par gazoduc, le biogaz doit être débarrassé de la plupart des composants, autres que le méthane. Plusieurs technologies commerciales sont maintenant appliquées à des systèmes de biogaz à la ferme partout en Amérique du Nord pour obtenir un biogaz de qualité équivalente à celle du gaz naturel.

Il n'existe en Ontario aucun processus prescrit par règlement d'établissement des prix du GNR. En général, le faible coût du gaz naturel signifie que l'acheteur de gaz doit être disposé à payer un supplément pour assurer la viabilité d'un projet de GNR. À titre d'exemple, en Colombie-Britannique, l'exploitant d'un système de biogaz à la ferme vend du gaz naturel à la société de distribution locale de gaz (figure 1). Ce biogaz est produit à partir de fumier, de cultures énergétiques, et de graisses et d'huiles. Ce gaz est valorisé au moyen d'une technologie d'épuration à l'eau.

Enbridge, 1 877 362-7434.

Union Gas, 1 888 774-3111.

Photo de deux digesteurs anaérobies verts, flanqués de deux hautes colonnes métalliques servant à l'amélioration du biogaz.

Figure 1. Ce système de biogaz d'Abbottsford, en Colombie-Britannique, ajoute du biogaz amélioré au réseau de canalisations du gaz naturel.

Vente ou remplacement de l'énergie thermique

Vendre de l'énergie thermique ou remplacer les achats existants de combustible destiné à produire de l'énergie thermique est un bon moyen d'utiliser l'énergie produite par un système de biogaz. Plusieurs exploitations agricoles de l'Ontario réalisent la combustion du biogaz directement dans une chaudière. Celle-ci doit être conçue convenablement, de manière à résister à l'humidité et aux éléments corrosifs présents dans le biogaz. L'Office des normes techniques et de la sécurité (ONTS) effectue la surveillance nécessaire pour assurer la sécurité des combustibles gazeux.

Pour de plus amples renseignements, allez au site Web de l'ONTS (en anglais), ou appelez le 1 877 682-8772.

Cogénération d'énergie thermique

Habituellement, on utilise le biogaz agricole pour produire de l'électricité en le brûlant dans un système de combustion interne classique, la chaleur du moteur constituant la source de l'énergie thermique excédentaire qui peut servir à d'autres usages. En général, dans un système à combustion interne bien conçu, de 30 % à 40 % de l'énergie est produite sous forme d'électricité et jusqu'à 40 % l'est sous forme d'énergie thermique excédentaire (compte tenu des pertes et des besoins pour le chauffage du digesteur). Aucun modèle de vente de l'énergie thermique cogénérée n'a encore été mis au point en Ontario. En Europe, cependant, plusieurs fermes dotées d'un système de biogaz vendent de l'énergie thermique sous forme d'eau chaude à des collectivités et à d'autres exploitations agricoles.

Les systèmes de biogaz produisent de l'énergie thermique tous les jours, à longueur d'année. À la ferme, les besoins quotidiens en énergie thermique sont souvent limités au chauffage de l'eau de lavage du centre de traite ou au chauffage des bâtiments. À moins de trouver une utilisation de l'énergie thermique qui nécessite une production constante de cette énergie (comme la transformation des aliments), on ne pourra utiliser toute l'énergie thermique produite par le système de biogaz. En Ontario, certains systèmes de biogaz sont exploités par des serres qui ont des besoins en chauffage importants pendant plus de la moitié de l'année. Il existe également quelques exemples d'utilisation saisonnière de l'énergie thermique dans la province, notamment pour le séchage des récoltes.La figure 2 montre un système novateur de séchage des récoltes, dans lequel on peut acheminer l'énergie thermique provenant des ventilateurs de refroidissement des installations de cogénération jusque dans un silo à grain en fermant le toit qui se trouve au-dessus des ventilateurs.

À côté de la cellule à grain en acier se trouve un cabanon qui abrite un ventilateur de refroidissement. Le toit et les murs du cabanon coulissent pour permettre au ventilateur de souffler de la chaleur dans l'air.

Figure 2. Séchage de grain à l'aide de l'énergie thermique produite par les ventilateurs de la centrale de cogénération de biogaz

Ajout de matières premières pour accroître le rendement en biogaz

Production accrue de biogaz et redevances grâce à l'utilisation de matières de source non agricole

Les matières de source non agricole peuvent accroître considérablement la production de biogaz par rapport à la production qui ne repose que sur l'utilisation de fumier et d'autres sous-produits de l'agriculture. Comme le déversement des matières non agricoles dans les systèmes classiques de gestion des déchets coûte cher, accepter ces matières pour les traiter peut permettre de percevoir des redevances de déversement. L'expérience a montré que la consistance, la qualité et la densité énergétique des matières de source non agricole sont cruciales. Produire constamment une grande quantité de biogaz et maintenir le temps de cogénération à un haut niveau sont en général les objectifs les plus importants de la gestion des matières de source non agricole.

En Ontario, il y a trois façons de procéder pour faire approuver la réception de matières de source non agricole qui alimenteront un système de biogaz :

  1. Approbation relative aux digesteurs anaérobies mixtes réglementés aux termes du Règlement de l'Ontario 267/03, pris en application de la Loi sur la gestion des éléments nutritifs. Ce règlement autorise les installations admissibles à accepter jusqu'à 50 % (en volume) de matières de source non agricole. Consultez la fiche technique du MAAARO Exigences règlementaires applicables aux digesteurs anaérobies à la ferme en vertu du Règlement de l'Ontario 267/03 pour en apprendre davantage.
  2. Autorisation de projet d'énergie renouvelable (APER) pour les projets de production d'électricité qui ne satisfont pas aux exigences relatives aux digesteurs anaérobies mixtes réglementés.
  3. Autorisation environnementale délivrée par le ministère de l'Environnement et de l'Action en matière de changement climatique pour les projets qui ne sont pas liés à l'électricité, par exemple, la valorisation du biogaz.

Il n'existe pas de mécanisme officiel d'approbation pour les systèmes de biogaz à la ferme qui ne produisent pas d'électricité et ne sont alimentés que par des déchets pouvant être utilisés sans autorisations, comme des déchets agricoles, bien que de nombreux règlements relatifs à la construction et à la sécurité continuent de s'appliquer.

Pour obtenir plus de renseignements, communiquez avec le Centre d'information agricole du MAAARO au 1 877 424-1300 ou à l'adresse ag.info.MAAARO@ontario.ca.

Cultures énergétiques pour augmenter le rendement en biogaz

La digestion de cultures énergétiques, comme l'ensilage de maïs ou d'autres cultures facilement digestibles, peut s'effectuer dans les systèmes de biogaz. En Europe, de nombreuses installations de production de biogaz utilisent des cultures énergétiques comme principal intrant. Puisqu'un digesteur ne retire que le carbone, les éléments nutritifs des cultures restent dans le processus et peuvent être retournés à la terre sous forme de fertilisant, ce qui maintient le coût des intrants à un bas niveau. Le rendement économique d'un digesteur doit être plus élevé que le coût de la production des cultures énergétiques. L'Université de Guelph (site en anglais) a préparé une feuille de calcul permettant de déterminer si un projet est économiquement viable.

Exigences liées au raccordement et à la construction d'un système de biogaz à la ferme

Raccordement au réseau et contrat du Programme de tarifs de rachat garantis

Le processus de raccordement au réseau électrique et de conclusion d'un contrat avec le Programme de tarifs de rachat garantis nécessite le concours d'un certain nombre d'organismes et de participants, dont votre société de distribution locale (SDL), la Société indépendante d'exploitation du réseau d'électricité et l'Office de la sécurité des installations électriques (OSIE).

Votre SDL est chargée du raccordement et de l'installation des compteurs des projets de production d'électricité. Vous devez présenter une demande de raccordement à la SDL et répondre à ses exigences avant d'obtenir le raccordement. La SDL raccordera votre équipement au réseau lorsque vous aurez :

  • obtenu toutes les approbations nécessaires, y compris l'autorisation de raccordement de l'Office de la sécurité des installations électriques (OSIE);
  • conclu une entente de raccordement avec la SDL, y compris des ententes sur les coûts de la modernisation des lignes;
  • payé à la SDL les frais de raccordement et de l'installation du compteur.

Pour de plus amples renseignements, communiquez avec votre SDL.

Obtention d'un permis de construire

Certains éléments d'un système de biogaz étant considérés comme des structures, vous devrez, avant d'entreprendre des travaux, vous procurer un permis de construire auprès du responsable des services techniques de votre municipalité.

L'auteur d'un projet devrait s'assurer que les règlements de zonage touchant sa propriété permettent l'installation d'un digesteur anaérobie. En vertu de la Loi de 2009 sur l'énergie verte, les systèmes de biogaz qui produisent de l'électricité sont en général soustraits au zonage municipal. Il est entendu que les digesteurs qui existent actuellement en Ontario sont considérés comme faisant partie de l'exploitation agricole. La plupart des systèmes sont essentiellement une composante du système de traitement du fumier d'élevage (dont ils améliorent les caractéristiques de manutention et dont ils réduisent les odeurs et la quantité d'agents pathogènes).

Les formules de calcul des distances minimales de séparation (DMS) du MAAARO s'appliquent en général lorsqu'un permis de construire est demandé pour un système de digestion anaérobie à la ferme associé à un élevage de bétail. Les DMS visent à réduire les plaintes pour nuisance en lien avec la production de bétail. Il existe aussi des exigences en ce qui concerne les distances de retrait pour les projets réalisés aux termes d'une autorisation de projet d'énergie renouvelable. Les exigences relatives aux retraits pour les systèmes de biogaz qui ne font pas partie d'installations d'élevage sont énoncées dans le Règlement de l'Ontario 267/03.

Pour plus de précisions, consultez le site Web du MAAARO ou communiquez avec le Centre d'information agricole au 1 877 424-1300 ou à l'adresse ag.info.omafra@ontario.ca.

Impôt foncier relatif aux systèmes de biogaz

Avant d'installer un système de biogaz, les agriculteurs devraient se renseigner pour déterminer comment le digesteur anaérobie sera considéré par l'impôt foncier. Les installations de digestion anaérobie (peu importe leur taille) qui sont situées sur une ferme et utilisées par l'exploitant agricole sont en général imposées au taux établi pour les exploitations agricoles. Veuillez consulter la fiche technique Traitement de l'impôt foncier pour les installations de production d'énergie renouvelable pour en savoir plus sur le traitement par l'impôt foncier des installations de production d'énergie renouvelable.

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca
Auteur :

Jake DeBruyn, ingénieur, intégration des nouvelles technologies/MAAARO; Don Hilborn, ingénieur, sous-produits et fumier/MAAARO

Date de création : 1 août 2007
Dernière révision : 06 février 2014