Les vaches laitières doivent avoir du temps pour leurs activités quotidiennes

Pour rester en santé, pour leur bien-être et pour optimiser leur production de lait, les vaches doivent disposer de certaines périodes de temps pour vaquer à leurs activités normales.

Lorsqu'elle a le choix, la vache laitière s'astreint naturellement à un horaire strict des activités qu'elle effectue sur une période de 24 heures. Lorsqu'elle doit passer plus de temps qu'elle en accorderait normalement à une activité, elle en passe moins à d'autres activités, ce qui en fin de compte peut affecter le bénéfice net de la ferme.
La vache laitière en stabulation libre s'adonne à cinq activités principales. Elle a besoin de temps chaque jour pour la traite, pour s'alimenter, se tenir dans les couloirs, ce qui inclut l'abreuvement, le temps passé debout et en position couchée dans la stalle. Les chercheurs en production laitière nomment ce concept le budget d'activités. Le temps passé à la traite, la surface de la stalle et la présence de boiterie peuvent modifier son budget d'activités et avoir des répercussions négatives sur sa santé, son bien-être et la production de lait.

Des chercheurs de l'Université du Wisconsin-Madison ont étudié auprès de 205 vaches dans 16 étables à stabulation libre du Wisconsin le temps passé à l'expression des différents comportements. Dr. Arturo Gomez et Dr. Nigel Cook ont fait appel à la surveillance vidéo pour établir la proportion de temps que les vaches consacrent à différentes activités quotidiennes. Les chercheurs ont observé les périodes de temps consacrées à chacune des cinq activités principales et ils ont aussi noté le nombre de fois où les vaches se sont étendues, les épisodes couchés, et déterminé la durée moyenne de ces épisodes.

Dans les 16 étables à l'étude, huit étaient équipées de matelas remplis de granulats de caoutchouc et d'une petite quantité de litière organique, et les huit autres avaient une litière de sable. Les vaches à l'étude produisaient une moyenne de 42 kg de lait. Un certain nombre de vaches ne présentaient aucune boiterie, certaines une légère boiterie et d'autres une boiterie modérée. Aucune ne présentait de boiterie grave.

La traite

Les vaches n'ont aucune emprise sur la durée de la traite. Dans le cadre de cette étude, la traite prenait en moyenne 2,7 heures par jour, et pouvait prendre de 0,5 à 6,0 heures. Cette durée incluait le temps passé dans l'aire d'attente et le temps consacré aux déplacements entre les stalles et la salle de traite et vice-versa.

Le nombre de vaches par groupes de traite avait beaucoup d'effet sur la durée quotidienne allouée à la traite par vache. Les vaches présentant une boiterie faisaient habituellement partie du dernier tiers du groupe de traite, ce qui rallongeait la période de temps passé dans l'aire d'attente. Le résultat a l'allure d'un cercle vicieux : plus les vaches passent de temps dans l'aire d'attente, plus la prévalence de boiterie augmente.

Plusieurs spécialistes recommandent actuellement une durée maximale de deux heures par jour allouées à la traite pour une vache. Dans le cadre de l'étude menée au Wisconsin, aucune différence n'a été observée dans le temps de traite quotidien entre les troupeaux traits deux fois par jour et ceux qui étaient traits trois fois par jour. Habituellement, trois traites par jour exigent plus de temps pour une vache que deux traites par jour.

Le temps requis pour les activités de traite réduit le temps dont les vaches disposent pour s'alimenter, se coucher et se tenir debout dans les couloirs. Les systèmes de traite et l'aménagement des étables doivent être conçus pour réduire au minimum le temps qu'il faut aux vaches pour marcher jusqu'à la salle de traite, se tenir dans l'aire d'attente, se faire traire et retourner dans leur stalle.

D'autres recherches indiquent que les vaches qui présentent des boiteries graves et qui sont traites deux fois par jour produisent 1,6 litre de plus que les vaches qui boitent qui sont traites trois fois par jour. Cela est probablement attribuable au fait que les vaches ont plus de temps pour se reposer, ce qui réduit le stress imposé aux pattes par la marche vers la salle de traite et l'attente en station debout.

L'alimentation

La production de lait est directement reliée au temps passé par la vache à se nourrir. Dans l'étude du Wisconsin, les vaches passaient en moyenne 4,3 heures à s'alimenter. La boiterie réduit le temps consacré à se nourrir. Ainsi, les vaches qui ne boitent pas ont passé 4,5 heures à se nourrir; les vaches présentant un peu de boiterie en ont passé 4,15 et les vaches qui boitaient modérément mangeaient durant 3,79 heures. Les vaches qui passaient plus de temps à la traite ont consacré moins de temps à l'alimentation.

Les génisses en première lactation ont passé environ 25 minutes de plus à manger que les vaches en troisième lactation ou plus. D'autres chercheurs ont montré que les génisses en première lactation ont un rythme d'alimentation plus lent et ingèrent plus de repas par jour que les vaches plus âgées.

Position debout dans les couloirs

Le temps passé en position debout dans les couloirs était en moyenne de 2,5 heures par jour. Cette période comprenait le temps consacré aux déplacements entre les aires d'alimentation et de repos, à la socialisation et à l'abreuvement. Le temps passé à l'abreuvement ne semblait être que de cinq à sept minutes par jour.
Au cours des périodes de stress thermique dû à la chaleur, les vaches augmentaient souvent le temps passé en station debout dans les couloirs à proximité des ventilateurs afin de se rafraîchir. L'étude du Wisconsin a été réalisée lorsque les températures quotidiennes moyennes étaient inférieures à 18,3 0C.

Les vaches sans boiterie passaient en moyenne 2,37 heures en station debout, alors que les vaches qui boitaient un peu ou modérément en passaient respectivement 1,94 et 1,82 heure. Gomez et Cook ont conclu que la durée inférieure passée en station debout dans le cas des vaches qui présentent une boiterie était due soit au fait que ces dernières tentent d'éviter les vaches agressives ou dominantes, soit au fait qu'elles préfèrent se tenir debout dans les couloirs plutôt que dans leurs stalles.

Station debout dans les stalles

La durée médiane passée en station debout dans les stalles était de 2,0 heures. Les vaches passaient moins de temps en station debout dans les stalles lorsque la densité de peuplement était plus élevée dans les enclos et limitait l'accès aux stalles. Ces observations laissent croire que l'occupation des stalles est un facteur important.
Les vaches plus âgées passaient plus de temps debout dans les stalles que les génisses en première lactation. Cela est probablement dû au fait que les génisses passent plus de temps à se nourrir et ont moins de problèmes aux pattes que les vaches plus âgées.

Les vaches passaient beaucoup plus de temps dans les stalles avec matelas (2,69 heures) comparativement aux stalles avec litières de sable (1,46 heure). D'autres chercheurs ont formulé deux théories différentes pour expliquer que les vaches restaient plus longtemps sur les surfaces avec matelas. Certains croient que les vaches préfèrent simplement rester debout sur des matelas plutôt que sur le béton des couloirs, et d'autres estiment que ce comportement est dû au fait que les vaches ont plus de difficulté à se lever des matelas et à s'y étendre que dans le cas des litières de sable.

Le temps passé en station debout dans les étables avec matelas a augmenté en présence de boiterie. Les auteurs ont conclu que cela pouvait être causé par l'amortissement, la traction et le soutien offerts par la litière de sable au cours des mouvements effectués pour se lever ou se coucher par les vaches qui boitent comparativement à la surface plane et ferme des matelas.

Position couchée dans les stalles

Les vaches à l'étude passaient en moyenne 11,9 heures en position couchée. Pour les 25 % des vaches qui passaient le moins de temps couchées, la moyenne en position couchée était de 10,6 heures, alors que les 25 % des vaches qui passaient le plus de temps en position couchée consacraient en moyenne 13,5 heures par jour à cette activité.

En moyenne, les vaches se couchaient 12,9 fois par jour pour des durées moyennes de 1,2 heure. Quelques vaches actives (on a observé une vache qui s'était couchée à 35 reprises dans une journée) se couchaient fréquemment, ce qui a augmenté la moyenne des fréquences des épisodes couchés de l'étude. La médiane des épisodes couchés a été de 11,0.

La présence de boiterie a réduit la fréquence des épisodes couchés par jour. Les vaches qui ne boitent pas se sont étendues 13,23 fois comparativement à 12,85 pour les vaches qui boitaient légèrement et 10,91 pour les vaches qui boitaient modérément. Les vaches dans les étables avec litière de sable passaient en moyenne 12,66 heures en position couchée comparativement à 11,50 heures pour les vaches dans les étables équipées de matelas.

Dans les étables avec litière de sable, la période de temps passé en position couchée n'a pas varié de manière significative entre les vaches qui boitaient modérément et celles qui ne boitaient pas. Par contre, la présence de boiterie a eu un effet sur le temps passé en position couchée dans les étables équipées de matelas. Les vaches qui ne boitaient pas y ont passé en moyenne 12,07 heures en position couchée alors que les vaches qui boitaient modérément sont restées couchées en moyenne 10,83 heures.

Dans les étables avec matelas, les vaches ont changé plus souvent de position que les vaches dans les étables avec litière de sable. La fréquence des épisodes couchés de courte durée y était également plus élevée que dans les étables avec litière de sable. Dans les étables à litière de sable, la proportion de vaches présentant une boiterie qui avait des épisodes couchés plus longs était plus élevée que dans les étables équipées de matelas.

Points à considérer

La présence de boiterie a eu un effet significatif sur les budgets d'activités des vaches à l'étude. Les vaches qui boitaient passaient moins de temps à manger, à se tenir debout dans les couloirs et se couchaient moins souvent.

La surface des stalles a eu un effet sur les comportements associés au repos. Le nombre de périodes de repos de courte durée était plus élevé dans le cas des vaches logées dans des étables équipées de matelas comparativement aux vaches dans les étables avec litière de sable; de plus, les vaches qui boitaient restaient plus longtemps dans les stalles avec matelas.

Lorsque divers facteurs compromettent le budget d'activités d'une vache, la principale conséquence est l'aggravation de la boiterie. L'étude du Wisconsin laisse croire que les budgets d'activités normales d'une vache laitière doivent être pris en compte dans la conception et l'organisation d'une étable en stabulation libre.

Source : Gomez A. et N.B. Cook, 2010. Time budgets of lactating dairy cattle in commercial freestall herds. J Dairy Sci. 93 :5772-5781.

 

Tableau 1: Moyenne, médiane, minimum, quartile inférieur, quartile supérieur et maximum des heures consacrées aux diverses activités quotidiennes d'une vache
Activité Moyenne Médiane Minimum Q25 Q75 Maximum
Temps passé à la traite (heures/j)
2,7
2,5
0,5
1,8
3,5
6,0
Temps passé à se nourrir (heures/j)
4,3
4,3
1,1
3,5
5,0
8,1
Temps passé dans le couloir incluant l'abreuvement (h/j)
2,5
2,1
0,4
1,5
3,1
7,5
Temps passé debout dans la stalle (heures/j)
2,7
2,0
0,3
1,2
3,6
10,9
Temps passé en position couchée (heures/jour)
11,9
12,1
3,9
10,6
13,5
17,6
Nombre d'épisodes couchés par jour
12,9
11,0
3,0
9,0
15,0
35,0
Durée moyenne des épisodes couchés (heures)
1,2
1,1
0,4
0,9
1,4
2,9

Cet article est paru, en version originale anglaise, dans la chronique Ruminations de la revue The Milk Producer de novembre 2011.


Auteur : Brian Lang - Dairy Cattle Production Systems Specialist/OMAFRA
Date de création : 14 décembre 2011
Dernière révision : 14 décembre 2011

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca