Âge moyen du premier vêlage encore trop élevé

 

Pendant que d'autre secteurs de l'industrie laitière ont connu de grandes avancées, l'âge moyen des génisses au premier vêlage est resté le même à plus de 26 mois. Le percentile de 50 pour cent de tous les animaux était de 26,9 mois en 1996. Une dizaine d'années plus tard en 2009, il était de 26,7 mois, selon la base de données de CanWest DHI. Pendant la période écoulée entre les deux il a oscillé entre 26,2 en 2002 et 27,0 en 2005 et en 2007.

Ce facteur s'est amélioré sur des élevages individuels, mais la moyenne reste la même. Il y a probablement deux raisons. On se préoccupe peu des génisses dans nombre d'élevages parce qu'elles ne sont pas à la vue chaque jour. Trop de problèmes de santé évitables surviennent à des stades précoces de leur existence, les génisses tombent malades pour ensuite s'en remettre et connaître encore des problèmes dans le futur, ou en mourir.

Il ne semble pas y avoir de relation entre la production du troupeau et les méthodes d'élevage des génisses. Cette absence de lien laisse perplexe.

Est-il possible que certains éleveurs voient comme avantageux que les génisses vêlent à un âge plus avancé ? Si oui, une réflexion s'impose. Les données de DHI montrent que les génisses qui vêlent à un âge autour de 24 mois donnent plus de lait à la première lactation et que leur production est plus élevée leur vie durant. Peu importe l'âge au premier vêlage, les vaches passent à peu près le même temps dans le troupeau.

Le graphique 1 : Comparaison de l'âge au premier vêlage vs. vie productive

Le graphique 1 : Comparaison de l'âge au premier vêlage vs. vie productive

Le graphique 1, qui compare les génisses ayant vêlé à un âge entre 23 et 30 mois, le démontre bien. Les animaux qui ont vêlé à un âge plus précoce ont produit 2 000 kilogrammes de lait de plus pendant toute leur vie. Quand des vaches plus vieilles restaient dans le troupeau 45 jours de plus, elles donnaient moins de lait. Plus intéressant encore, les animaux qui avaient vêlé à l'âge de 25 mois et ceux qui avaient mis bas à 30 mois ne montraient qu'une différence de 15 jours de temps passé dans le troupeau laitier.

Le graphique 2 : Comparaison de l'âge au premier vêlage vs. tous les animaux réformés

Le graphique 2 : Comparaison de l'âge au premier vêlage vs. tous les animaux réformés

Combien de génisses vêlent plus âgées? Comme l'indique le graphique 2, des 145 174 animaux réformés en 2008 et en 2009, plus de 45 pour cent étaient âgés de plus de 26 mois quand ils ont joint le cheptel laitier la première fois et 40 000 étaient âgés de 28 mois et plus.

Plusieurs organisations ont joint leurs efforts pour étudier la question. Sous la direction du MAAARO, le groupe comprend CanWest DHI, l'Université de Guelph et Gencor. Il souhaite comprendre ce qui empêche les troupeaux laitiers ontariens de vêler à un âge plus précoce, avec des vaches plus saines dotées d'une production plus élevée. Entre autres facteurs, il veut combler les défaillances de la recherche dans certains secteurs et mieux identifier certains enjeux.

Le groupe a pour but de mieux sensibiliser les éleveurs, les génisses occupent donc une place de choix dans l'ordre de priorité. Voici ce qui peut abaisser l'âge des génisses au premier vêlage et hausser la production de lait, tout en offrant une meilleure rentabilité. Le procédé prévoit :

  • compiler les résultats de recherches et commander des études dans les secteurs où l'information manque, notamment les impacts des pratiques d'élevage des génisses;
  • promouvoir l'éducation et la sensibilisation concernant quatre stades critiques de l'élevage des génisses, naissance et croissance, sevrage, mise à la reproduction et vêlage; chacun présente des défis particuliers à considérer;
  • élaborer un code concis des pratiques optimales d'élevage de la naissance au vêlage;
  • faire connaître les écueils auxquels les éleveurs doivent faire face et élaborer des documents écrits des pratiques optimales d'élevage à diffuser lors des rencontres de l'industrie et par les autres moyens disponibles.

On a estimé le coût d'élevage d'une génisse jusqu'à 24 mois entre 1 800 $ et 2 500 $. Pour les garder non productives à la ferme pour deux, trois ou même six mois de plus il en coûte de 100 $ à 300 $ de plus par animal, sans compter la réduction de la production laitière. Un troupeau de 100 vaches peut faire économiser de 3 500 $ à 15 000 $ par année si l'on abaisse l'âge du premier vêlage à 24 mois.

Nous vous tiendrons au courant. Tentons d'apporter pendant les 10 prochaines années d'importantes améliorations à la conduite des troupeaux de génisses partout au pays.

Cet article est d'abord paru, en version originale anglaise, dans la chronique Ruminations de la revue The Milk Producer Magazine, décembre 2010.


Auteur : Bill Grexton - chef des services de conduite des troupeaux/Can West DHI.
Date de création : 04 mai 2011
Dernière révision : 04 mai 2011

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca