Algue incolore associée à un nombre de bactéries élevé dans le refroidisseur


En Ontario, on a analysé des échantillons de lait et on a isolé l'algue à Prototheca dans 30 à 40 troupeaux annuellement. Dans ces troupeaux, le taux d'infection dépassait rarement trois pour cent.

Les infections à Prototheca sont opportunistes. Si les organismes pathogènes sont présents en grand nombre à l'extrémité des trayons, le système de défense du pis risque à la longue d'être surchargé. Selon une étude, il a été démontré que dans un troupeau atteint de mammite à Prototheca, les vaches ayant des antécédents de mammite clinique au cours de la lactation avaient deux fois plus de chance de contracter une mammite à Prototheca durant la même lactation. Les traitements antibiotiques antérieurs feraient tripler les risques. Dans ce troupeau, la mammite a atteint son plus haut niveau au deuxième mois de lactation, laissant croire que les vaches sont plus vulnérables en début de lactation.

Les vaches infectées par Prototheca peuvent être atteintes de mammite clinique ou subclinique. La mammite clinique se limite généralement à un léger changement du lait. Quelques vaches infectées deviennent malades. Comparée à une infection du pis d'origine bactérienne, la réaction à Prototheca n'est qu'une légère inflammation.

Le Prototheca est un organisme qui endommage le tissu mammaire. La caractéristique principale d'une infection à Prototheca est la diminution progressive de la production de lait dans le quartier atteint. Souvent les producteurs ne détectent pas qu'il y a infection jusqu'à ce que le quartier soit presque tari.

Les quartiers atteints de mammite à Prototheca s'avèrent positifs au test californien de la mammite (CMT) par un nombre de cellules somatiques (SCC) élevé - parfois aussi appelé « comptage de cellules somatiques » (CCS).

La plupart des vaches infectées par l'algue Prototheca présentent un SCC supérieur à 300 000 cellules par millilitre. Toutefois, quelques cas ne révèlent pas de tels chiffres. Les rapports de SCC du Programme d'amélioration des troupeaux laitiers de l'Ontario ne peuvent servir à identifier tous les cas de mammite à Prototheca, mais peuvent néanmoins donner un bon indice des cas possibles.

Le Prototheca n'est pas une bactérie, on ne peut donc pas employer d'antibiotiques pour traiter la maladie.

Bien que la présence d'infections à Prototheca puisse occasionner une hausse du nombre de cellules somatiques dans le troupeau, il faut signaler qu'on a diagnostiqué avec certitude des cas d'infections alors que le SCC du troupeau était resté normal. L'effet de la mammite à Prototheca sur le SCC mensuel du troupeau dépend du nombre de vaches ou de quartiers infectés en même temps. Le stade de l'infection et la quantité de lait que le quartier produit peuvent aussi déterminer à quel degré le lait des vaches infectées influence le SCC dans le refroidisseur à lait.

Si le SCC demeure élevé même après avoir éliminé les autres sources d'infection, une culture du lait des vaches en lactation peut sûrement identifier celles qui sont atteintes de mammite à Prototheca.

Il n'y a pas de moyen facile pour prévenir les infections à Prototheca. Dans les troupeaux infectés qu'on a étudiés, l'organisme en question a été détecté dans presque tous les endroits possibles de la ferme : dans le sol des paturages, l'eau de lavage de la laiterie, les abreuvoirs, les fourrages, les fumiers de veaux et de vaches.

Il a été démontré que le Prototheca pouvait survivre et passer dans les intestins d'un animal monogastrique sans se multiplier.

Après avoir ingéré l'organisme, la vache l'élimine dans ses fèces et contamine sa litière, celle des autres animaux, les allées et les stalles.

L'algue Prototheca peut survivre et se multiplier hors de la vache sous une température chaude et dans un milieu humide. Plus l'organisme responsable est en grand nombre, plus les probabilités de contact avec l'extrémité des trayons sont élevées. Lorsque les conditions de développement sont favorables, la mammite peut alors s'installer.

Pour prévenir les infections à Prototheca, il faut appliquer les mêmes pratiques de gestion que dans les autres cas de mammites propagées par l'environnement. L'extrémité des trayons doit être propre et sèche en tout temps, même durant la période de tarissement.

La litière aussi doit être sèche et propre. Elle peut être contaminée directement par le fumier de la vache ou celui qu'elle transporte avec ses pattes en marchant dans les allées mal nettoyées. Porter une attention particulière à l'environnement de la vache au moment du vêlage.

| Haut de la page

Quoi faire si le problème est présent dans votre troupeau?
  • Les vaches infectées transmettent un grand nombre d'organismes pathogènes dans le lait et risquent de contaminer leurs consťurs par le manchon trayeur. On conseille donc de traire les vaches infectées après les vaches saines.

  • Prévenir les nouvelles infections à Prototheca en préparant adéquatement le pis pour la traite. S'assurer que la peau du trayon est toujours propre et sèche avant de traire la vache. Laver et essuyer le trayon en utilisant des serviettes de papier jetables ou des serviettes de tissu, ou encore tremper les trayons dans une préparation d'iode approuvée, et essuyer avec une serviette de papier individuelle ou de tissu.

  • Ne pas traire les quartiers infectés. Aucun traitement n'est recommandé.
  • Utiliser le CMT pour vérifier les autres quartiers dont le lait a été envoyé dans le refroidisseur. Si le test révèle de nouveaux quartiers, procéder à une culture individuelle pour identifier l'évolution des cas de mammite.

  • Pour connaître à quel moment l'infection a débuté, consulter les registres de la vache infectée en ce qui concerne la mammite clinique et le SCC. Habituellement, il est juste de croire que les nouveaux cas débutent avant la période de vêlage ou au début de la période de lactation.
  • Ne pas nourrir les veaux avec du lait provenant de quartiers ayant une infection à Prototheca. Les veaux infectés vont augmenter le degré de contamination général de la ferme avec leurs fèces.

Ontario Milk Producer, juin 2001.


Auteur : Ann Godkin - D.M.V./MAAARO
Date de création : juin 2001
Dernière révision : juin 2001

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca