Des brosses à vache mécaniques dans l'étable

 

Plusieurs animaux de ferme vont inclure dans leur routine journalière du temps pour faire leur toilette. Les vaches font partie de ce groupe. Sur une base quotidienne, leur rituel de toilettage pourra inclure de se frotter sur les murs, poteaux et abreuvoirs. Il y a une vingtaine d'années, nous avons vu apparaître sur le marché des équipements mécaniques qui permettaient aux vaches de se faire brosser sur demande. Depuis, nombre de nouvelles constructions incluent une brosse mécanique dans l'aire de stabulation libre. Les brosses mécaniques ont été décrites comme un enrichissement environnemental souhaitable pour les vaches ce qui aiderait à réduire l'ennui des animaux dans l'étable. Il existe plusieurs types de brosses disponibles sur le marché mais le principe reste sensiblement le même. Quand un animal se frotte à l'appareil, le moteur électrique qui actionne la rotation de la brosse se met en marche. Quand la brosse n'est plus utilisée par les animaux, elle s'arrête alors automatiquement.

Récemment, un projet de recherche réalisé en Colombie-Britannique a évalué l'impact de la présence d'une brosse mécanique sur le comportement de toilettage des vaches élevées en stabulation libre. Un troupeau de soixante-douze vaches a été utilisé pour cette étude. Le troupeau a été divisé de telle sorte que des groupes témoins, sans accès à la brosse et des groupes expérimentaux, avec accès à la brosse soient comparés. Comme pour beaucoup d'études comportementales, un système de caméra vidéo a été utilisé pour évaluer les habitudes de chaque animal.

Les vaches du groupe témoin (sans brosse) se sont frottées principalement sur les murs et les abreuvoirs. En moyenne, une vache de ce groupe passait une minute et demie par jour à faire sa toilette. La fréquence des événements liés au toilettage était d'environ trois fois par jour.

Durant la première journée suivant l'installation de la brosse mécanique dans l'enclos expérimental, plus de la moitié des vaches avaient déjà utilisé la brosse. Une semaine plus tard, la plupart des vaches l'avaient utilisée. Le temps passé chaque jour, par les vaches, à se frotter aux murs ou aux abreuvoirs a été réduit de moitié, mais le temps passé à la brosse a plus que compensé. En fait, une vache passait en moyenne plus de sept minutes à faire sa toilette à l'aide de la brosse mécanique.

Le temps total passé par une vache à faire sa toilette dans le groupe expérimental (avec accès à la brosse) était de six fois plus long que dans le groupe sans brosse. De plus, la fréquence des activités de toilettage était triplée. Ces données semblent indiquer que l'accès à une brosse mécanique permet aux vaches d'exprimer et de satisfaire leurs besoins de toilettage.

La présence d'une brosse mécanique dans l'enclos a non seulement modifié la fréquence et la durée des séances de toilettage mais également les zones corporelles que les vaches nettoyaient. Sans la brosse, la tête était frottée 86 pourcent du temps alors que le cou ou la cuisse l'était à 11 et 3 pourcent respectivement. Au moment ou la brosse était disponible, bien que la tête demeure la principale cible 63 pourcent du temps, les vaches ont utilisé la brosse pour rejoindre des zones autrement difficiles à gratter comme la queue ou le dos dans une proportion de 10 et 9 pourcent respectivement.

Bien que durant cette étude la propreté des vaches n'a pas été évaluée formellement, le personnel travaillant avec les animaux a signalé que les vaches semblaient beaucoup plus propres si elles avaient accès à la brosse mécanique. Dans une étude précédemment effectuée en Hollande, il a été mentionné que les vaches ayant accès à la brosse étaient plus propres avec un pelage en meilleur condition et démontraient moins de signes d'inconforts et de frustrations comparativement aux vaches sans accès à une brosse. Plus le temps passait, plus la différence entre les deux groupes devenait importante. Ce point positif peut sûrement être un incitatif pour les producteurs laitiers à installer un tel appareil dans l'étable.

Il a été démontré que les vaches laitières tendent à accroitre leur comportement de toilettage suivant une période de confinement, en stabulation entravée par exemple. Il semble que le toilettage soit un des premiers comportements observés après que les animaux soient libérés. Il a donc été suggéré que des brosses mécaniques puissent être un ajout intéressant aux cours d'exercices des étables à stabulation entravée.
Quand les brosses sont installées dans une stabulation libre, le choix de l'emplacement est important pour optimiser le flot des vaches et l'utilisation de la brosse. Au niveau des cours d'exercices, le temps où la brosse est accessible aux vaches étant limité, la disponibilité devient un facteur important pour réduire la compétition et les bousculades. Selon la taille du troupeau, plus d'une unité peut être requise.

Il est important de s'assurer que le plancher sous la brosse est antidérapant, peut-être même plus que pour le reste des planchers. Les vaches se contorsionnent de façons parfois surprenantes pour atteindre les endroits qui démangent et qui sont difficiles d'accès ! Il peut arriver qu'elles tombent et se blessent si le plancher est trop glissant.

Pour éviter de contaminer l'eau d'abreuvement ou les aliments, la brosse ne devrait pas se situer à moins de huit pieds d'un abreuvoir ou des mangeoires car une quantité importante de poussières et de poils sont dispersés autour de la brosse.

La brosse est un point d'intérêt pour les vaches. Il faut donc éviter de l'installer dans une zone de haute circulation pour ne pas nuire au mouvement normal des animaux. Un corridor entre les allées est généralement un bon emplacement et si c'est au bout de l'étable et qu'il n'y a pas d'abreuvoir à proximité, installer la brosse sur le mur permettra de ne pas affecter le déplacement des vaches. Il serait aussi souhaitable dans une nouvelle construction de prévoir un couloir plus large, particulièrement si cet endroit contient à la fois la brosse et un poste d'abreuvement, tout en permettant la circulation normale des animaux.


Auteur : Mario S. Mongeon - Spécialiste en Production animale/MAAARO
Date de création : 19 novembre 2007
Dernière révision : 19 novembre 2007

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca