Pour des onglons plus sains

La Suède, premier pays où l'on sait comment choisir des géniteurs permettant de lutter contre la réforme des animaux à cause de la boiterie.

Pendant que dans le monde entier la réforme à cause de la boiterie est en hausse, en Suède les producteurs laitiers peuvent maintenant choisir directement des géniteurs en fonction d'une meilleure santé des onglons. Des recherches suédoises sont en cours sur les caractères liés à la santé des sabots et des griffes, ouvrant de nouvelles perspectives sur la boiterie chez la vache laitière, et les Suédois ont récemment défini des valeurs reproductives nationales pour les géniteurs servant à l'insémination artificielle (IA) d'animaux suédois, en fonction de sabots plus sains.

La boiterie des bovins laitiers entraîne d'importantes pertes économiques partout dans le monde, nommément à cause d'une baisse de production, des jours de retard avant la conception, des traitements vétérinaires plus nombreux et des pertes dans le troupeau. Le modèle suédois, de même que des recherches effectuées dans d'autres pays, démontre comment les producteurs laitiers peuvent potentiellement combattre cette tendance par le biais de la sélection.

Malgré des programmes de sélection visant l'amélioration des pieds et des pattes et de la locomotion, des animaux sont réformés à cause de la boiterie dans une plus grande proportion dans de nombreux pays, où ce trouble représente jusqu'à 16 pourcent de toutes les vaches réformées. En Suède, les producteurs réforment 8,1 pourcent des Holsteins suédoises et 5,9 pourcent des Reds suédoises à cause de troubles aux pieds ou aux pattes.

En Suède les spécialistes en parage tiennent habituellement un dossier sur l'état de santé des onglons lors de leurs visites régulières. Parmi les troubles notés, mentionnons la dermatite digitale, l'érosion du bulbe (talon), l'hémorragie de la sole et l'ulcère de la sole. Les pareurs signalent s'il n'y a aucune incidence, incidence légère ou grave, au pied de la vache le plus atteint.

La dermatite digitale et l'érosion du bulbe sont considérées comme des maladies provenant de problèmes d'entretien et elles sont très apparentées. L'hémorragie de la sole et l'ulcère de la sole sont en lien avec la fourbure, qui est associée à l'alimentation.

Les chercheurs ont analysé les dossiers de plus de 65 000 Holsteins suédoises et 58 000 Reds suédoises. Quand on regroupe les données qui les concernent, les cas légers de dermatite digitale et d'érosion du bulbe ont une fréquence de 16 pourcent des cas légers et les cas graves une fréquence de trois pourcent chez les Holsteins. L'hémorragie et l'ulcère de la sole ont une fréquence de 21 pourcent pour les cas légers et de 10 pourcent pour les cas graves.

Chez les vaches Reds la fréquence est vraiment plus faible. Les chercheurs ont signalé que la différence entre les deux races dans les cas d'hémorragies et d'ulcères de la sole augmentait avec le nombre de lactations. Les Reds suédoises ont peut-être un meilleur taux de récupération, ou les Holsteins ont une faiblesse plus prononcée avec l'âge.

Quoi qu'il en soit, il y a une variation génétique dans ces traits objectifs liés à la santé des sabots, surtout quand les maladies reliées sont combinées, ont conclu les chercheurs suédois. Les valeurs d'héritabilité sont faibles, oscillant entre 3,5 et 8,5 pourcent et les facteurs environnementaux influent apparemment beaucoup sur ces troubles.

Toutefois, une variation génétique adéquate est observée dans la fréquence et elle peut être évaluée à partir des données recueillies sur le terrain et être utilisée avec les évaluations régulières des géniteurs.

Les valeurs d'héritabilité que l'on a trouvées en Suède tendent à s'accorder aux résultats de recherche similaires menées aux Pays-Bas et en Allemagne sur des groupes de vaches un peu plus restreints.

Dans la recherche hollandaise, plus de 70 pourcent des vaches étudiées présentaient au moins un trouble du sabot et les chercheurs ont trouvé des valeurs d'héritabilité allant jusqu'à 10 pourcent. Ils ont aussi signalé que le pointage de la locomotion pendant la première lactation était d'ordinaire indicatif de la santé des sabots dans l'avenir.

En Allemagne cette année, les recherches ont porté sur 16 000 vaches. Comme c'était le cas en Suède, au moment du parage on a consigné des données au moyen d'un ordinateur portable muni d'un logiciel à cet effet. Ces données ont ensuite été téléchargées par l'organisation allemande de production laitière pour être analysées. Les valeurs d'héritabilité étaient faibles, avec la fourbure à 13,5 pourcent, qui est parmi les plus élevées. Toutefois, les Allemands croient être en présence d'assez de variation génétique pour que la sélection génétique puisse améliorer la santé des onglons.

Les chercheurs suédois ont aussi comparé les traits liés à la santé des sabots avec les pointages de conformation existants et ils ont obtenu une faible corrélation positive avec un seul trait de conformation des pattes. Ils en ont conclu qu'il est préférable d'effectuer la sélection directement en fonction de la santé des onglons, plutôt qu'indirectement à partir d'autres traits. L'une des relations importantes qu'ils ont établie est la corrélation entre la santé des sabots et la valeur de survie des vaches.

Les spécialistes en parage suédois ont consigné en moyenne environ 200 000 traitements par année. Le maniement et le stockage des données sont gratuits, ces dernières font partie de la base de données nationales. Les éleveurs paient les pareurs pour leurs services et d'autres frais peuvent s'ajouter pour la consignation des données.

Les pareurs remplissent un formulaire dans la cage de parage. Ces formulaires sont ensuite scannés et l'information est téléchargée et stockée dans la banque de données nationale suédoise à des fins d'évaluation génétique. On estime qu'à l'heure actuelle les éleveurs suédois disposent de valeurs reproductives pour environ 500 taureaux.

Dans tout pays il serait avantageux pour les éleveurs, les pareurs, les vétérinaires et les spécialistes en nutrition de consigner les maladies affectant les onglons et d'en faire le suivi. Ainsi, la fréquence des troubles et les tendances liées à l'alimentation et à la fourbure, ceux ayant trait à l'hygiène, pourrait fournir de nouvelles pistes de gestion valables. Parmi les avantages économiques immédiats mentionnons la possibilité de résoudre des problèmes affectant tout le troupeau ou le suivi des résultats d'un programme d'alimentation.

L'usage de ce type d'information peut être fructueux pour la conduite du troupeau et permettre de rassembler assez de données pour qu'à leur tour les producteurs canadiens puissent effectuer de la sélection en fonction de la santé des onglons.

Référence :

Bergsten, C., S. Naeslund and J. Eriksson. 2008. Genetic achievements in claw health based on claw trimmers reports from maintenance trimming. Proceedings, 15th International Symposium on Lameness in Ruminants, Kuopio, Finland.

Cet article a d'abord été publié, en version originale anglaise, dans la chronique Ruminations du " Milk Producer Magazine ", octobre 2008.


Auteur : Blair Murray - spécialiste de l'amélioration génétique des bovins
Date de création : octobre 2008
Dernière révision : Juin 2010

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca