Lutte contre la maladie de Johne


Bien qu'environ 20 à 30 % des troupeaux laitiers comprennent des vaches infectées par la maladie de Johne (paratuberculose), les vaches qui en présentent les symptômes sont rares. Toutefois, il y va de l'intérêt de l'industrie laitière de réduire les cas d'infection à la maladie de Johne.

La maladie de Johne, une infection bactérienne, s'attaque aux très jeunes veaux. L'animal demeure infecté toute sa vie sans que l'infection ne soit décelée pour la plupart des bêtes. Environ 5 % des animaux infectés développent des symptômes tels qu'une diarrhée persistante. Malgré un appétit normal, ces animaux perdent du poids rapidement.

Les récentes observations ont démontré que la maladie est davantage répandue qu'il y a 15 ans, ce qui s'explique par le fait que les bêtes sont aujourd'hui déplacées de troupeau en troupeau et que les troupeaux comptent plus de têtes. Si l'infection s'étend à plus de troupeaux, elle peut affecter plus de bêtes, faisant ainsi augmenter les impacts de la maladie. Les vaches infectées par la maladie de Johne, même si elles ne semblent pas malades, produisent une quantité de lait réduite et ont une vie plus courte.

Le fait que l'organisme qui entraîne la maladie de Johne fait l'objet d'études approfondies pour déterminer son lien potentiel avec la maladie de Crohn chez les êtres humains constitue une autre source d'inquiétude. Bien que cette relation et la possibilité que le lait puisse exposer les gens à l'infection demeurent incertaines, nous devons mettre un frein à la propagation de l'infection à travers les troupeaux laitiers.

Bien que la maladie de Johne soit une infection bactérienne, les troupeaux peuvent être traités contre elle. Contrairement à la plupart des maladies, elle se développe lentement - elle met des années, plutôt que des jours ou des semaines, à passer du stade de l'infection initiale à celui de la maladie ou de l'excrétion de la bactérie. Une bête infectée peut transmettre la maladie à une autre génération de génisses avant d'être déclarée infectée ou de présenter quelque symptôme que ce soit.

Au cours des 5 à 10 dernières années, d'autres juridictions ont passé, aux fins du contrôle de la maladie, de l'approche " dépistage et abattage " à celle de la prévention accentuée des nouvelles infections chez les veaux femelles. Ces programmes impliquent le changement des méthodes d'élevage des génisses pour des méthodes qui sont supposées prévenir l'exposition des jeunes bêtes à l'infection. L'industrie laitière du Canada approuve cette approche et a décidé que la meilleure façon de lutter contre la maladie de Johne consiste à normaliser une approche préventive à l'échelle nationale.

Actuellement, en Ontario et dans l'Ouest canadien, le Projet de prévention de la maladie de Johne, financé par CanAdvance, CanWest DHI, DFO, WestGen et le ministère de l'Agriculture, de l'Alimentation et des Affaires rurales de l'Ontario, est en cours. Il s'agit du premier projet à grande échelle qui vise à permettre aux vétérinaires et à leurs clients de l'industrie laitière de repérer les troupeaux infectés grâce à l'évaluation de tous les troupeaux [réalisée à l'aide de la technique ELISA pour le lait du plan d'amélioration des troupeaux laitiers], d'évaluer la gestion des veaux et d'effectuer les changements requis pour éviter la contamination des génisses du troupeau par la bactérie de Johne.
Le projet, divisé en deux étapes, a impliqué la participation de 80 équipes de vétérinaires et de producteurs afin de développer une approche de gestion et d'entraîner les vétérinaires à l'utiliser, en ce qui a trait à la lutte contre la maladie. Combinées à cette étape du projet, des visites de fermes ont été effectuées. Les résultats devraient être disponibles au début de l'année 2007.

La deuxième étape du projet, qui se poursuit en 2007, consiste à aider les vétérinaires formés à recruter de nouveaux troupeaux pour le programme de gestion. Une évaluation finale nous aidera à déterminer laquelle des stratégies vitellières est la plus efficace en ce qui a trait à la prévention de l'infection des jeunes génisses à la maladie de Johne, et ce, même s'il y a présence de vaches infectées à la ferme.
Les producteurs qui souhaitent obtenir davantage de renseignements sur le Projet de prévention de la maladie de Johne peuvent communiquer avec leur vétérinaire local. Les vétérinaires peuvent communiquer avec la Dre Ann Godkin ou le Dr Jocelyn Jansen du MAAARO, à Fergus, au 519 846 0941 ou aux adresses électroniques suivantes : ann.godkin@ontario.ca ou jocelyn.jansen@ontario.ca.


Auteur : Ann Godkin - Scientifique vétérinaire/MAAARO
Date de création : 01 octobre 2006
Dernière révision : 01 octobre 2006

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca