Surmonter le retard de croissance des veaux après le sevrage

L'équipement et les données sur le veau déterminent la méthode de sevrage qui convient le mieux à votre exploitation.

C'est toujours un défi d'essayer de réduire les coûts d'élevage des génisses. Ces dernières années, les coûts de l'alimentation et de la main-d'œuvre ont augmenté régulièrement, surtout de façon marquée pour les aliments. Évidemment, les génisses boivent beaucoup de lait et consomment beaucoup d'aliments bien avant d'être des animaux qui contribuent aux résultats de l'exploitation.

La nutrition et l'alimentation des animaux de remplacement du troupeau laitier sont primordiaux pour leur assurer une santé et une productivité optimales à chaque stade de croissance, de veau jusqu'à génisse au premier vêlage.

Une gestion adéquate de l'alimentation ne commence pas et ne finit pas non plus avec les veaux nouveaux-nés. Les pratiques optimales de conduite doivent se poursuivre avec le sevrage, les aliments pour atteindre l'âge cible de la conception, de la gestation et pendant la période qui précède le premier vêlage.

C'est une économie à long terme d'optimiser la santé et l'immunité du veau par une gestion adéquate de la nutrition. De même, il faut une alimentation adéquate pour répondre aux besoins de la période pubère et aux cibles de croissance de taille et d'état de chair pour donner aux veaux un bon départ.

En suivant ces directives générales vous pouvez réduire le stress du sevrage et minimiser le retard après sevrage dans la performance des veaux.

Sevrage

Le sevrage est un moment clé pour le veau. On modifie sa principale source d'éléments nutritifs et son métabolisme subit plusieurs changements pendant cette étape.

De récentes recommandations de conduite suggèrent d'augmenter la quantité de lait ou de lait de remplacement que le veau consomme au moment du sevrage. Toutefois, il peut être difficile de sevrer le veau de ces larges volumes consommés et sa performance peut s'en ressentir ou l'animal peut connaître une phase de retard. Le système digestif du veau connaît des changements importants en tentant de s'adapter à la différente source d'aliments.

La méthode de sevrage et la quantité de matière sèche ingérée ont aussi un effet sur son système immunitaire de même que sur sa performance générale, comme son taux de croissance. Des études ont démontré qu'il n'y avait pas d'effets à long terme du sevrage des veaux entre les âges de trois à huit semaines. La normale se situe toutefois entre six à huit semaines.

Autre inconvénient : les veaux sevrés à trois semaines ont besoin de plus de stimulation pour ingérer suffisamment d'aliments solides. Dans ce cas, le sevrage précoce n'est plus avantageux si vous devez consacrer plus de temps à nourrir le veau.

L'âge du sevrage affecte aussi le système immunitaire du veau. Le sevrage précoce ou tardif et la quantité de lait de remplacement qui a été précédemment administré au veau sont deux facteurs pouvant affecter le système immunitaire du jeune animal.

Choix du bon moment

Il existe trois méthode de sevrage des veaux - abruptement, en réduisant graduellement le volume de lait administré ou en diluant le lait. Les veaux peuvent aussi être graduellement sevrés du lait quand on commence à leur administrer le lait de remplacement. La méthode que vous choisissez n'est déterminée que par l'équipement et les données sur les veaux.

Les veaux qui sont sevrés graduellement ont une ingestion d'énergie diminuée puisqu'ils ne consomment pas assez de concentré pour remplacer leur consommation réduite de lait. Les veaux sevrés abruptement perdent souvent du poids et tendent à vouloir téter après les autres.

Si les veaux sont nourris avec un distributeur électronique, le sevrage sera réussi selon la prise alimentaire de l'animal. Les veaux qui consomment des aliments premier âge à mesure que le lait est réduit seront sevrés plus vite que ceux qui sont graduellement sevrés entre huit à 12 semaines. Ces veaux ont un rumen plus développé, par rapport à ceux qui sont sevrés abruptement ou graduellement. La quantité de lait administrée au veau avant le sevrage influe aussi sur la réussite du sevrage.

Dans une recherche récente, des chercheurs ont administré une quantité élevée de lait, 9,21 litres par jour aux veaux, ou une petite quantité de 4,81 L par jour. Dans chaque groupe, la moitié de veaux ont été sevrés abruptement à huit semaines et l'autre moitié graduellement entre six à huit semaines. Les deux éléments, la quantité de lait et la méthode de sevrage, ont influé sur le poids des veaux. Les veaux sevrés graduellement ont consommé 50 pour cent de plus d'aliments premier âge, peu importe la quantité de lait administré précédemment.

Le gain de poids après sevrage a été à son meilleur chez les veaux à qui on a administré une quantité réduite de lait et qui ont été sevrés abruptement. Viennent en deuxième lieu les veaux qui ont consommé une quantité réduite de lait et qui ont été sevrés graduellement, et en dernier lieu les veaux qui ont ingéré une quantité plus grande de lait et dont le sevrage a été graduel. Le gain de poids le plus faible était chez les veaux qui ont ingéré une quantité plus grande de lait mais qui ont été sevrés abruptement.

D'après les résultats de cette étude la prise alimentaire des veaux avant le sevrage détermine si le sevrage doit se faire graduellement ou abruptement.

Image de veaux nourris au biberon.

Méthode

Des facteurs tels la main-d'œuvre, les prix des aliments pour animaux et de l'équipement vous aident à déterminer le meilleur âge de sevrage. Par exemple, la sevrage en diminuant le volume de lait à mesure qu'augmente la prise d'aliments premier âge aide le développement du rumen du veau.

Par ailleurs, avec un distributeur électronique de lait, c'est la consommation de lait qui devrait déterminer la méthode de sevrage. Il faut sevrer abruptement les veaux dont la prise alimentaire est faible, et graduellement ceux qui consomment plus de lait.

 

Référence

Nielsen, P.P., ]ensen, M.B., Lidfors, L., 2008, Milk allowance and weaning method affect the use of a computer controlled milk feeder and the development of cross-suckling in dairy calves. Applied Animal Behaviour Science 109: 223-237.

Cet article a déjà été publié, en version originale anglaise, dans la chronique Ruminations de la revue The Milk Producer Magazine, décembre 2010.


Auteur : Laura Somerville - étudiante/Université de Guelph; Mario Mongeon - spécialiste de l'élevage du bétail/MAAARO; Tom Wright - nutritionniste des bovins laitiers/MAAARO.
Date de création : 04 mai 2011
Dernière révision : 04 mai 2011

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca