Recruter les bonnes personnes pour travailler à la ferme

L'embauche de nouveaux employés agricoles ne doit pas être un événement stressant

L'embauche de nouveaux employés peut s'avérer une expérience excitante qui peut aussi se révéler stressante. Cette tâche comporte aussi certains risques. Cependant, avec de bonnes procédures de recrutement et de formation, et une compréhension de vos obligations légales, vous serez en mesure d'assurer que votre ferme est un lieu de travail sûr où il est agréable de travailler.

Avant de formuler la description de tâches et d'embaucher un nouvel employé, posez-vous les trois questions suivantes : Quelle est la charge de travail? Un employé sera-t-il suffisant pour accomplir le travail? Combien d'heures et quel salaire ai-je les moyens de payer? Une fois que vous avez établi les besoins de votre ferme et préparé une description du poste, vous pouvez commencer le processus de recrutement.

Une offre d'emploi détaillée permet d'attirer les meilleurs candidats

Votre offre d'emploi doit être informative et directe. Une description des critères requis soigneusement rédigée et une annonce détaillée aideront à attirer des candidats appropriés. Épluchez rapidement les CV à mesure qu'ils arrivent, en recherchant des mots clés et des phrases qui se rapportent à l'offre d'emploi. Vous pourrez ainsi éliminer les candidats qui ne répondent pas aux exigences minimales du poste. Votre sélection doit être aussi objective que possible. Gardez à l'esprit, que le CV constitue votre première chance de décider si un candidat va de l'avant dans le processus d'embauche. Cependant, il a ses limites.

Les questions que vous posez aux candidats pendant l'entrevue devraient refléter les compétences spécifiques requises pour le poste. Les questions axées sur la résolution de problèmes sont un excellent moyen de déterminer si un employé potentiel a de l'expérience concrète, au-delà de ce qu'il ou elle a appris à l'école. Savoir si un employé potentiel peut détecter la mammite ou aider à la mise bas peut considérablement raccourcir le processus de sélection. Inviter les candidats à visiter la ferme est une bonne idée. Laissez-les vous montrer ce qu'ils savent. Ils peuvent parler d'anciens employeurs et collègues de travail, ce qui peut vous donner un meilleur aperçu de leurs adaptabilités à votre exploitation agricole et au sein de la dynamique familiale.

Un candidat peut se démarquer lors de l'entrevue, mais plus tard, vous pouvez réaliser qu'il ou elle a de mauvaises habitudes de travail, comme d'être constamment en retard, ne pas finir son travail, ou ignorer les problèmes de sécurité. Vous devez tenir compte de tous ces points lors de l'embauche. L'entrevue est essentielle pour évaluer les compétences, les aptitudes, les connaissances, l'expérience de travail et l'engagement d'un candidat.

Vous devez également connaître les lois provinciales sur les droits de la personne interdisant toute discrimination sur des critères de race, couleur, religion, handicap physique ou mental, sexe ou état civil, entre autres. Le code protège également les individus contre la discrimination en raison de l'âge.

Questions d'orientation et de formation

Chaque exploitation agricole est différente pour ce qui est de la gestion, du nombre d'employés, de la taille, etc. Quand vous formez un nouvel employé, ne présumez pas qu'il ou elle connaît les protocoles à suivre sur votre ferme, surtout s'ils ont déjà travaillé sur une autre ferme laitière.

Vous devez montrer à votre nouvel employé l'aménagement de votre ferme et la routine quotidienne. En montrant des tâches de base, comme la procédure de traite, la tenue de dossiers et la manipulation des animaux, vous assurez que votre ferme est un lieu de travail sûr. La formation sur le Système d'information sur les matières dangereuses utilisées au travail (SIMDUT) peut être utile, mais n'est pas obligatoire en Ontario. Cependant, les fiches de santé-sécurité sur les produits dangereux doivent être tenues à jour et chaque employé devrait savoir où elles se trouvent. Il est de votre responsabilité de fournir aux employés l'équipement de protection nécessaire.
Pour former vos nouveaux employés, vous pouvez utiliser les Procédures normalisées (PN) écrites, qui sont une exigence du programme Lait canadien de qualité. Les PN sont souvent utilisées à titre de référence pour des tâches effectuées sur une base moins régulière, ainsi que par les employés expérimentés qui cherchent des façons d'améliorer leurs performances. Lisez attentivement les PN qui concernent votre ferme avec les nouveaux employés et faites-leur signer un document indiquant qu'ils comprennent les règles et les procédures et qu'ils s'engagent à les respecter. Vous pouvez aussi passer en revue les PN pour le bien-être des animaux et pour l'opération des machines et équipements, entre autres.

Vos responsabilités à titre d'employeur

Au Canada, la plupart des questions relatives au travail sont traitées par la province. Cependant, les retenues sur la paie sont une obligation fédérale. Vous avez la responsabilité de retenir et de transmettre à l'Agence du revenu du Canada les cotisations au Régime de pensions du Canada, à l'assurance-emploi, ainsi que l'impôt sur le revenu. Vous pouvez gérer le système de paie à la ferme ou demander à un tiers de le faire moyennant une rétribution.

La législation relative à la protection des travailleurs est assurée par le ministère du Travail provincial. Bien que chaque province a ses propres règles et règlements, les objectifs sont les mêmes. En Ontario, il existe quatre principales lois que vous devez connaître :

  • Loi sur la santé et la sécurité au travail;
  • Loi sur les normes d'emploi;
  • Loi sur les relations de travail;
  • Loi sur la sécurité professionnelle et l'assurance contre les accidents du travail.

La Loi sur la santé et la sécurité au travail stipule qu'un travailleur a le droit de :

  • connaître les risques;
  • participer à la santé et la sécurité;
  • refuser un travail dangereux;
  • arrêter un travail dangereux.

La Loi sur les normes d'emploi traite de diverses questions, comme les heures de travail, les périodes de repos et les indemnisations, notamment les vacances, les heures supplémentaires, les congés parentaux et de maternité. La Loi sur la sécurité professionnelle et l'assurance contre les accidents du travail traite des blessures liées au travail. Ces coûts sont couverts par un régime d'assurance financé par l'employeur. Enfin, la Loi sur les relations de travail couvre le droit d'un employé à la syndicalisation et à la négociation collective. Les travailleurs agricoles ne sont pas tous couverts de la même manière d'une province à l'autre. La Colombie-Britannique et le Québec ont des conventions pour les travailleurs agricoles, tandis que l'Alberta n'en a pas. En Ontario, les travailleurs agricoles sont couverts par des réglementations différentes. Vérifiez votre législation provinciale pour connaître en détail vos obligations dans le domaine du travail.

Le salaire minimum relève également de la Loi sur les normes d'emploi. En Ontario toutefois, le salaire minimum ne s'applique pas aux emplois du secteur primaire, comme un travailleur agricole sur une ferme laitière. Cependant, c'est un point discutable dans un marché du travail très concurrentiel. Vérifiez auprès du ministère du Travail de votre province pour connaître le salaire minimum dans votre région. Vous pouvez également vous adresser à d'autres producteurs laitiers pour avoir une idée du salaire à donner pour attirer le type de travailleur que vous recherchez. En Ontario, le salaire minimum passera à 11 $ l'heure le 1er juin 2014.

Embaucher les bonnes personnes et demeurer conforme aux lois relatives à l'emploi de travailleurs agricoles est une tâche difficile et complexe, mais avec un peu de planification, vous pouvez alléger cette complexité.

Préparer, préparer, préparer

Une formation et documentation adéquate aideront à assurer que tout se déroule bien à la ferme et que tout le monde rentre chez lui en toute sécurité à la fin de la journée. Cela commence par l'embauche de bons employés qui se soucient autant que vous de votre exploitation agricole.

Cet article a été publié dans l'édition de mai 2014 de la revue Milk Producer.


Auteur : Tom Wright, Nutritionniste, bovins laitiers/MAAARO
Date de création : 23 février 2016
Dernière révision : 23 février 2016

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca