La phléole des prés se classe en tête des rations pour les vaches taries

 

En donnant le fourrage adéquat à vos vaches taries, vous pouvez prévenir un trouble métabolique qui affecte souvent les vaches en début de lactation.

Un grand pourcentage de votre troupeau laitier pourrait être atteint d'une forme mineure de fièvre du lait (parésie post-partum). Même si les animaux atteints ne montrent aucun signe de la maladie, leur santé, leur rendement reproductif et leur production laitière s'en ressentent. Si vous les nourrissez avec le fourrage adéquat pendant leur période sèche, vous pouvez réduire l'incidence de cette maladie, améliorer la santé de l'ensemble du troupeau et abaisse les coûts d'exploitation.

La fièvre du lait (parésie post-partum) clinique, ou hypocalcémie, affecte d'habitude six pourcent des vaches d'un troupeau laitier. Les formes moins aiguës, appelées hypocalcémie subclinique, peuvent affecter jusqu'à 66 pourcent des vaches avec une lactation et plus.

La fière du lait se produit d'ordinaire immédiatement avant ou après le vêlage quand une vache recommence à produire du lait, provoquant une hausse subite de la demande en calcium. La vache ne peut absorber assez de calcium dans sa diète, ni le mobiliser de ses os assez rapidement pour répondre à cette demande. Dans son sang la teneur en calcium est alors réduite, c'est l'hypocalcémie.

Les recherches ont prouvé qu'une ration trop riche en cations, ou ions positifs, comme le potassium (K+) et le sodium (Na+), fait légèrement monter le pH du sang. L'efficacité de la mobilisation du calcium des os est amoindrie, la vache est alors plus à risque d'hypocalcémie.

Une ration riche en anions, ou ions négatifs, comme le chlore (CI-) et le soufre (S2-) donne un sang légèrement alcalin, ce qui favorise une mobilisation plus efficace du calcium des os, réduisant le risque d'hypocalcémie.

Ces différences entre les quantités d'anions et de cations dans la ration s'appellent différence alimentaire cation anion (DACA). On peut calculer la valeur de la DACA d'une diète (pour un exemple, voir la page Web du MAAARO sur l'alimentation des vaches laitières au www.omafra.gov.on.ca/french/livestock/index.html). La formule usuelle de calcul de la DACA est (K+ + Na+) - (CI- + S2-), mais d'autres équations sont aussi parfois utilisées. Le résultat est souvent exprimé en milliéquivalents (mÉq) par kilogramme de ration de matière sèche (mÉq le kg).

Une ration avec laquelle il est souhaitable de nourrir une vache trois à quatre semaines avant le vêlage a une DACA négative de -50 mÉq le kg. On a étudié plusieurs méthodes pour abaisser la valeur de la DACA. Ainsi, si on ajoute des sels anioniques à la ration d'une vache tarie on diminue la valeur de la DACA, mais les vaches les trouvent assez désagréables au goût. Les chercheurs ont observé une ingestion réduite de matière sèche quand on avait ajouté une quantité substantielle de sels anioniques à la ration pour ravoir une DACA négative.

On peut aussi nourrir les vaches de fourrages à faible teneur en potassium. Cependant, il est difficile de cultiver des fourrages avec une faible DACA dans les fermes ontariennes car la plupart ont des sols à teneurs de potassium relativement élevés.

La teneur en potassium du sol affecte la composition finale du fourrage qui y est cultivé. Sur des sols aux teneurs élevées en potassium - plus de 250 kg de potassium par hectare - l'épandage d'engrais azoté peut augmenter la teneur en potassium du fourrage. Dans un sol avec moins de 100 kg de potassium par hectare, l'apport d'engrais azoté peut diminuer la teneur en potassium.

Un groupe de chercheurs a étudié la valeur de la DACA de cinq espèces de graminées cultivées dans nos fermes. Le dactyle pelotonné, le brome des prés, la fétuque élevée, le brome inerme et la fléole des prés ont été récoltés deux fois l'an pendant deux années de production. Les résultats ont clairement indiqué que la fléole des prés avait une DACA plus faible que les quatre autres graminées cultivées dans l'Est du Canada, ce qui signifie qu'elle convient le mieux pour nourrir les vaches laitières pendant les semaines qui précèdent le vêlage.

D'autres recherches sur la fléole des prés ont vérifié l'efficacité d'un programme d'engrais visant à réduire la valeur de la DACA des fourrages. Sur quatre sites différents, avec des sols différents et des teneurs en potassium qui le sont aussi, on a épandu deux sources de chlore différentes (CaCI2 et NH4CI) à quatre taux d'épandage différents : zéro, 80, 160 et 240 kg de chlorure l'hectare. Ces épandages étaient combinés à deux taux d'épandage d'azote (N) : 70 et 140 kg de N l'hectare.

Les résultats ont établi que le recours à l'une ou à l'autre source de chlorure peut abaisser la valeur de la DACA d'un fourrage à base de fléole. Le taux annuel optimal d'engrais chloré variait de 78 à 123 kg l'hectare, selon la teneur en chlore et en potassium du sol. Le taux annuel a été divisé en deux épandages, 60 pourcent au printemps et 40 pourcent après la première récolte. La façon la plus efficace et la plus économique de produire du fourrage de fléole à faible DACA est de le cultiver dans les champs dont la teneur en potassium est la plus faible. Le type d'engrais est capital à la recette pour produire les fourrages qui conviennent le mieux au régime des vaches taries.

  • Une étude publiée récemment a évalué les effets sur les vaches laitières taries de la fléole des prés à faible DACA. Trois rations différentes ont été offertes :
  • un régime témoin avec une DACA de +296 mÉq le kg;
  • un régime à faible DACA de foin de fléole à faible DACA de -24 mÉq le kg;
  • un régime à faible DACA avec acide chlorhydrique (HCI) comme source anionique à -19 mÉq le kg.

Parmi les paramètres mesurés chez les vaches taries par les chercheurs, notons les composants du sang, le pH de l'urine et l'ingestion de matière sèche. Le pH de l'urine indique vite si une vache réagit à un régime à faible DACA. Dans cette recherche, le pH de l'urine est passé de 8,21 à 5,89 quand du foin à faible DACA était ingéré plutôt que le régime témoin. Aucune différence n'a été constatée dans le pH de l'urine des vaches qui ingéraient du foin à faible DACA ou qui étaient soumises au régime avec HCI, les vaches préférant toutefois le foin. Leur ingestion de matière sèche était plus élevée à 11,5 kg par jour qu'avec le régime avec HCI à 9,8 kg par jour.

Cette recherche a confirmé qu'en donnant du foin à faible DACA on diminue vraiment la DACA de la ration. En choisissant une graminée ayant une faible DACA, et en la cultivant dans un sol à basse teneur en K avec de l'engrais chloré, on devrait atteindre la DACA cible pour la ration qui convient le mieux aux vaches taries. Une ration à faible DACA provoque une réaction métabolique chez les vaches laitières taries qui permet de diminuer chez celles-ci le risque de fièvre du lait et son degré de gravité, d'augmenter la production de lait et d'abaisser les coûts de production.

Comment produire les meilleurs fourrages pour les vaches taries?

  • Déterminez vos besoins en fourrages et la superficie nécessaire.
  • Choisissez les champs avec les teneurs en potassium les plus faibles, idéalement inférieures à 150 kg l'hectare.
  • La superficie doit être surtout consacrée à la fléole des prés.
  • N'épandez pas de fumier sur ces champs, utilisez plutôt des engrais minéraux sans potassium. L'azote est important pour optimiser les rendements.

Références :

Charbonneau, E. Chouinard, P. Y. Tremblay G. F., Allard, G. and Pellerin, D.2007. Hay to Reduce Dietary Cation-Anion Difference for Dry Dairy Cows. j. Dairy Sci. 91:1585-1596;

Pelletier, S., G. Belanger, G. F. Tremblay, P. Seguin, R. Drapeau, and G. Allard. 2007. Dietary cationanion difference of Timothy (Pleum pratense L.) as influenced by application of chloride and nitrogen fertilizer. Grass Forage Sci. 62:66-77;

Tremblay, G. F., H. Brassard, G. Be'langer, P. Se'guin, R. Drapeau, A. Bregard, R. Michaud, and G. Allard. 2006. Dietary cation anion difference of five cool-season grasses. Agron. j. 98:339-348.

Cet article a d'abord été publié, en version originale anglaise, dans la chronique Ruminations du " Milk Producer Magazine ", juin 2008.


Auteur : Mario Mongeon - spécialiste bilingue de l'élevage/MAAARO
Date de création : juin 2008
Dernière révision : 17 mars 2008

Pour plus de renseignements :
Sans frais : 1 877 424-1300
Local : 519 826-4047
Courriel : ag.info.omafra@ontario.ca